WebDoc IEP - Sign@l - Je peux poser une question ? » Anthropologues et fonctionnaires face aux politiques de réparations dans le Pérou post Commission de la Vérité

Contenu de l'article

Titre

Je peux poser une question ? » Anthropologues et fonctionnaires face aux politiques de réparations dans le Pérou post Commission de la Vérité

Auteur María Eugenia Ulfe, Ximena Málaga Sabogal
Mir@bel Revue Problèmes d'Amérique Latine
Numéro no 104, printemps 2017 Réparations aux victimes de violences politiques : avancées et ambivalences
Rubrique/Thématique
Dossier : Réparations aux victimes de violences politiques : avancées et ambivalences
Page 31-45
Mots-clés (matière)anthropologie conflit armé Etat politique publique recherche recours responsabilité victime
Mots-clés (géographie)Pérou
Résumé Cet article résulte d'une longue étude anthropologique et historique sur la condition de victime et le Programme Intégral de Réparations (PIR) dans les villes de Huancasancos et Lucanamarca (Ayacucho, Pérou). Le PIR fait partie des directives conçues, dans les sociétés post-conflit, pour faire se rapprocher ou se réconcilier les groupes qui se sont affrontés à l'État. Ainsi, notre étude s'inscrit dans une anthropologie qui aborde l'État – les organismes qui élaborent les réparations – depuis les sujets qui y travaillent et deviennent les visages visibles de l'État lui-même. Dans cet effort, en tant que chercheures, nous avons été placées dans des rôles différents au cours de la période d'étude. Cela nous a aussi aidé à en apprendre davantage sur celles et ceux qui travaillent au sein du PIR et à aborder parallèlement l'histoire locale récente pour rendre compte des personnes qui faisaient partie d'un des groupes belligérants pendant le conflit et de leur localisation et situation actuelle. De cette manière, il s'agit de rendre compte des significations et des malentendus générés par le PIR au Pérou.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais “Can I ask?” Anthropologists and officials in front of the public policy of reparations in Peru post CVRThis article emerges from a long anthropological and historical study on the condition of being a victim and the Integral Program of Reparations (PIR) or Compensation in the localities of Huancasancos and Lucanamarca (Ayacucho, Peru). The PIR is part of the guidelines that are designed in post-conflict societies to bring or reconcile the parties confronted with the State – it could be argued that this is part of a transnational agenda that is carried out in post-conflict states. Our study is framed in an Anthropology that addresses the State – the offices that work on reparations – from the subjects' viewpoints – those who work in the PIR and who become the visible faces of the State itself. In that effort is that as researchers were placed in different roles during the process of study duration. This also helps us to look closely to those who work in the Program and from there to approach in parallel the recent history of the locality. In order to provide an account of those who were part of armed groups in conflict. At the same time, we give an account of the senses, meanings and disagreements generated by the PIR in Peru.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=PAL_104_0031 (accès réservé)