WebDoc IEP - Sign@l - Les disparus de la dictature dans la mémoire collective chilienne : répressions, exhumations et patrimonialisation autour du Patio 29

Contenu de l'article

Titre

Les disparus de la dictature dans la mémoire collective chilienne : répressions, exhumations et patrimonialisation autour du Patio 29

Auteur Jean-François Macé
Mir@bel Revue Problèmes d'Amérique Latine
Numéro no 104, printemps 2017 Réparations aux victimes de violences politiques : avancées et ambivalences
Rubrique/Thématique
Dossier : Réparations aux victimes de violences politiques : avancées et ambivalences
Page 69-84
Mots-clés (matière)association crime dictature ethnologie histoire mémoire mort patrimoine pouvoir politique répression sociologie victime
Mots-clés (géographie)Chili
Mots-clés (anthropo)Pinochet (Augusto)
Résumé Par une approche sociologique et ethnographique, cet article propose d'interroger le processus de mémorialisation basé sur l'expérience de la disparition forcée subie durant la dictature de Pinochet. L'analyse se focalise sur le cas du Patio 29, au sein du cimetière général de Santiago, lieu utilisé par le régime militaire chilien pour occulter les corps et effacer l'identité de ses victimes. Il s'agit d'aborder, dans une perspective diachronique, la manière dont la gestion des disparus, et ensuite celle de leurs cadavres retrouvés, a durablement affecté la société chilienne jusqu'à nos jours, sur le plan politique et symbolique. Ainsi, cette étude s'intéresse d'abord aux motifs et aux modalités d'inhumation clandestine des corps réalisée par les militaires, afin d'examiner son impact sur la population et plus particulièrement sur l'entourage des victimes qui espère les revoir en vie tant que les corps ne sont pas réapparus. Il s'agit aussi de montrer comment, une fois le décès de leurs proches accepté, les familles se mobiliseront pour réclamer la vérité sur leur destinée posthume afin de localiser leurs restes. Enfin, l'article rend compte des importantes controverses relatives au processus d'exhumation et d'identification des disparus du Patio 29 dans le contexte démocratique des années 1990 et s'attache à une lecture critique du phénomène de patrimonialisation du Patio 29 au Chili.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais Disappeared of the dictatorship in the Chilean collective memory: repressions, exhumations and patrimonialization around the Patio 29From a sociological and ethnographic approach, this article proposes to examine the process of memorialization based on the experience of forced disappearance during the Pinochet's dictatorship. The analysis focuses on the case of Patio 29, within the General Cemetery of Santiago, used by the Chilean military regime to hide bodies and to erase the identity of its victims. It addresses, from a diachronic perspective, the manner how the management of the disappeared, and then that of their recovered corpses, has permanently affected Chilean society to the present day, politically and symbolically. Hence, this study firstly focuses on the motives and modalities of clandestine burial of bodies carried out by the military, with objective to examine its impact on the population and especially on the entourage of the victims who hopes to see them alive again as long as the bodies have not reappeared. It is also to show how, once the death of their relatives has been accepted, families will mobilize to claim the truth about their posthumous destiny in order to locate their remains. Finally, the article highlights the important controversies relating to the process of exhumation and identification of the disappeared of Patio 29 in the democratic context of the 1990s and focuses on a critical reading of the phenomenon of patrimonialization of Patio 29 in Chile.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=PAL_104_0069 (accès réservé)