WebDoc IEP - Sign@l - Mobiliser par émotions, mobiliser les émotions : Le cas des victimes du Distilbène

Contenu de l'article

Titre

Mobiliser par émotions, mobiliser les émotions : Le cas des victimes du Distilbène

Auteur Coline Salaris
Mir@bel Revue Revue Française de Science Politique
Numéro vol. 67, no 5, octobre 2017
Rubrique/Thématique
Articles
Page 857-878
Mots-clés (matière)enquête industrie pharmaceutique justice maladie médicament politique de la santé revendication victime
Mots-clés (géographie)France
Résumé L'étude des mobilisations de victimes de problèmes de santé publique invite à considérer le lien majeur que cette forme d'action collective entretient avec la question des émotions. Celles-ci constituent un motif de passage à l'action et interviennent aussi dans la formation des collectifs de victimes où s'articulent rencontres de pairs et prise de conscience de l'ampleur de l'injustice subie. La question émotionnelle s'illustre également dans le cadre de la mobilisation même. En effet, la rhétorique d'action collective des victimes et leur démarche de publicisation de la cause intègrent ces émotions afin de construire leur cause comme problème de santé publique. La démonstration s'appuie ici sur une enquête qualitative de l'affaire du Distilbène (DES).
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais Mobilizing by emotions, mobilizing emotionsthe case of diethylstilbestrol victims
Studying active victims in public health scandals makes us consider the deep link between this form of collective action and the thematic of emotions. Indeed emotions constitute a reason of taking a part in collective action, and also support the creation of groups of victims. In these groups, individuals realize the extent of the injustice experienced. Emotions then increase a sense of belonging, strengthen the collective identity of the group of victims and their socialization. Emotions can finally influence mobilization. The rhetoric of these victims and their way to publicizing the cause can also integrate these emotions. The analysis is based on the study of the scandal of Diethylstilbestrol (DES) in France.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=RFSP_675_0857 (accès réservé)