Sign@l - Les contestations sociales du développement touristique dans les Hautes-Pyrénées : le rendez-vous manqué de l'innovation territoriale ?

Contenu de l'article

Titre

Les contestations sociales du développement touristique dans les Hautes-Pyrénées : le rendez-vous manqué de l'innovation territoriale ?

Auteur Sylvie Clarimont, Vincent Vlès
Mir@bel Revue Revue de Géographie Alpine
Numéro vol. 104, no 2, 2016 Montagnes et conflictualité : le conflit, facteur d'adaptations et d'innovations territoriales
Résumé Dans les Pyrénées, la décentralisation des procédures d'autorisation des projets pouvait laisser penser que l'extension des stations de ski était davantage en prise avec les sociétés locales, les conflits mieux anticipés, relevant du passé. Il n'en est rien : la contiguïté entre des espaces fortement artificialisés dédiés à la pratique des sports de glisse et des espaces à haute valeur environnementale et paysagère continue de provoquer de nombreux conflits, assez peu médiatisés, mais disposant d'une réelle capacité de blocage. Car les associations qui mobilisent aujourd'hui ont changé d'outils, de modes opératoires et leur contre-pouvoir est devenu une réalité indéniable. Offrant une « résistance solide, organisée et dotée de compétences juridiques », elles contrecarrent les projets de développement qu'elles jugent préjudiciables par la voie de la légalité, abandonnant les mobilisations de masse : c'est une différence notable avec les modes opératoires antérieurs. Mais, contrairement aux mouvements des années 1970, ces mouvements associatifs restent locaux, animés par « des gens de la montagne », pragmatiques et peu hiérarchisés. Certaines mobilisations locales sont même parfois ambiguës, car elles regroupent des acteurs très hétéroclites, souvent juges et partis dans l'économie locale. Caractérisées par une posture protestataire, rares sont les associations qui parviennent à sortir du registre d'opposition pour proposer des alternatives, et par là initier de l'innovation territoriale.
Source : Editeur (via Revues.org)
Résumé anglais In the Pyrenees, the decentralised manner in which planning permission is awarded to projects might give the impression that the expansion of ski resorts is now more attuned to the concerns of local people, with potential conflicts handled more effectively than they were in the past. The reality is in fact quite different: The direct proximity of highly artificial spaces dedicated to winter sports with zones of exceptional environmental and natural importance continues to produce many conflicts; however, these receive relatively little media attention, but they have the potential to block development. Today's anti-development associations are using new tools and methods, and their ability to counter proposed projects is undeniable. Presenting a resistance that is “solid, well-organised and backed up by legal expertise”, they use legal channels to campaign against projects they consider to be harmful, and they eschew mass demonstrations. This marks a clear break from previous approaches. Unlike the protest movements of the 1970s, these citizens' associations remain pragmatic, non-hierarchical and local, led by ‘mountain folk'. Some local campaigns are ambiguous in nature and bring together a highly diverse array of stakeholders with interests in the local economy. Protest groups first and foremost, these associations rarely transcend their oppositional stance to propose real alternatives and become a force for territorial innovation.
Source : Editeur (via Revues.org)
Article en ligne http://journals.openedition.org/rga/3218