Sign@l - “Désir d'enfant - devoir d'enfant”

Contenu de l'article

Titre

“Désir d'enfant - devoir d'enfant”

Auteur Charlotte Debest, Irène-Lucile Hertzog
Mir@bel Revue Recherches Sociologiques et Anthropologiques
Numéro vol. 48, no 2, 2017 Le travail procréatif
Rubrique/Thématique
Dossier
Page 29-51
Résumé À partir de deux enquêtes de terrain en sociologie, l'une portant sur les person­nes volontairement sans enfant et l'autre sur l'articulation de la vie professionnelle des femmes avec leur parcours d'assistance médicale à la procréation, l'article s'attache à interroger le rôle de l'État et de l'institution médicale dans la mise en place de la pression sociale à procréer dont les femmes paient le prix fort. Socialement, symboliquement, économiquement, identitairement, elles ont à répondre de l'absence d'enfant. S'intéresser aux discours des femmes qui ne sont pas mères, que cela relève d'un choix ou de difficultés à procréer, permet d'éclairer d'un jour nouveau que les enfants – que ceux-ci soient présents, absents, désirés, fantasmés – restent une “affaire de femmes”. Puisque la maternité continue d'être pensée comme une étape constitutive de la féminité, tout con­court à ce que celles qui ne sont pas mères soient reléguées socialement ou pri­ses en charge médicalement.
Source : Editeur (via Revues.org)
Résumé anglais Based on two field surveys in sociology, one studying people who are voluntarily chil- dless and the other on the interrelationship of women's professional lives with their re- course to medically assisted reproduction, the article attempts to question the role of the State and institutionalized medicines in exerting a social pressure to procreate that women bear the brunt of. Socially, symbolically, economically, and identitarily, they have to answer for the absence of a child. Focusing on the discourses of women who are not mothers, whether that results from a choice or reproduction difficulties, allows us to see afresh that children – whether they be present, absent, desired or dreamt of – remain a “woman's affair”. Since maternity continues to be thought of as a constituti- ve stage in femininity, every circumstance contributes to those who are not mothers being relegated socially or taken charge of medically.
Source : Editeur (via Revues.org)
Article en ligne http://journals.openedition.org/rsa/1907