Sign@l - La ville se dit par évaluations

Contenu de l'article

Titre

La ville se dit par évaluations

Auteur Alain Bourdin
Mir@bel Revue Cahiers internationaux de sociologie
Numéro vol. 128-129, janvier-décembre 2010 Ce qu'évaluer voudrait dire
Rubrique/Thématique
II. Évaluations : domaines
Page 117-134
Résumé On a toujours comparé la réalité matérielle des villes ou les expériences qu'elles procuraient. Désormais, la comparaison se fait de manière abstraite en utilisant les critères et les indicateurs de l'évaluation. La ville constitue de moins en moins une réalité sociale économique et spatiale spécifique et appréhendable. Elle existe toujours plus à travers l'action que l'on exerce sur elle et se trouve de ce fait touchée par les incertitudes et les débats qui portent sur la légitimité, l'effectivité et les modalités de l'action publique et alimentent la demande et les savoirs de l'évaluation. Le fort développement de la concurrence entre villes conduit à élaborer des instruments de mesure (classements, etc.) de leurs capacités concurrentielles. Cet appareillage de l'évaluation qui découpe et abstrait peut sembler destructeur de la réalité urbaine et de son unité. Mais il permet également de reconstruire, de façon partielle et qui justifie la discussion, un objet urbain qui de toute façon n'existe plus. Pour la sociologie urbaine, le débat théorique et méthodologique sur les modalités et les contenus de l'évaluation revêt un caractère central et s'inscrit dans une sociologie de l'action urbaine qu'il faut promouvoir.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais The material reality of cities or the experiences which they provide have always been compared. Nowadays comparison is made in an abstract manner by using the criteria and indicators of evaluation. The economic and spatial reality of the city which is specific and can be grasped is declining. There is an ever-increasing tendency for the city to exist through the actions which are carried out on it; as a result, the city is affected by the uncertainties and the discussions which bear on the legitimacy, the effectiveness and the modes of public action and sustains the demand for evaluation and its expertise. The marked development of competition between cities has led to the elaboration of tools for measuring (classification, etc.) their competitive capacities. This apparatus of evaluation which dissects and abstracts may seem to destroy urban reality and its unity. But is also enables reconstruction, in an incomplete manner and one which is worth discussing, an urban object which in any event no longer exists. For urban sociology, the theoretical and methodological debate on the modes and contents of evaluation assumes a central character and is part of a sociology of urban action which should be promoted.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=CIS_128_0117