Sign@l - Nationaliser l'efavirenz : licence obligatoire, invention collective et néo-développementisme au Brésil (2001-2012)

Contenu de l'article

Titre

Nationaliser l'efavirenz : licence obligatoire, invention collective et néo-développementisme au Brésil (2001-2012)

Auteur Maurice Cassier, Marilena Correa
Mir@bel Revue Autrepart
Numéro no 63, 2013 Dossier : Les médicaments dans les Suds
Page 107-122
Résumé Cet article étudie la trajectoire juridique, technologique et industrielle d'un médicament antirétroviral, l'efavirenz, qui est distribué gratuitement aux patients VIH/Sida par le ministère de la Santé du Brésil depuis le début des années 2000. En mai 2007, un décret du Président de la République suspend l'exclusivité du propriétaire, la société pharmaceutique Merck, sur l'exploitation de la molécule au Brésil, et autorise la production d'une version générique par les laboratoires locaux. Cette licence obligatoire de l'État brésilien vise, simultanément, à pérenniser la politique d'accès universel aux traitements pour lutter contre l'épidémie de sida et à renforcer l'industrie pharmaceutique nationale. La nationalisation de l'efavirenz donne lieu à l'expérimentation d'une production collective sous la forme d'un consortium industriel et inaugure une politique de partenariats entre laboratoires pharmaceutiques publics et privés.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais Nationalizing Efavirenz: Compulsory Licence, Collective Invention and Neo-Developmentalism in Brazil (2001-2012)This article examines the legal, technological and industrial trajectory of an antiretroviral drug, efavirenz, distributed freely to HIV/Aids patients by the Brazilian Ministry of Health since the early 2000s. In May 2007, a presidential decree suspended the exclusive rights of the patent owner, Merck and Company Inc., to exploit the molecule in Brazil, and authorized the production of a generic version by local laboratories. This compulsory license by the Brazilian state also intended to perpetuate the policy of universal access to treatment, with a view to combating the Aids epidemic and boosting the country's pharmaceutical industry. The nationalization of efavirenz has allowed to experiment collective production in the form of an industrial consortium, and launched a policy of partnerships between public and private pharmaceutical laboratories.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=AUTR_063_0107