Sign@l - Machinic minds and posthuman bodies: the complexities of intimacy in three electronic works by Shelley Jackson

Contenu de l'article

Titre

Machinic minds and posthuman bodies: the complexities of intimacy in three electronic works by Shelley Jackson

Auteur Arnaud Regnauld
Mir@bel Revue Etudes anglaises
Numéro Volume 63, avril-juin 2010
Page 204-214
Résumé Au fil de ses trois œuvres électroniques, Shelley Jackson exacerbe les tensions entre l'écriture de soi et la diffraction de la subjectivité, alors même qu'elle s'attache à une forme plus autobiographique, passant de l'hyperfiction dans Patchwork Girl (1995) à un exercice fictionnel de remémoration à travers l'examen des parties de son corps dans My Body & A Wunderkammer (1997). Enfin, avec The Doll Games (2001), œuvre plus proche d'une sorte d'album de famille en ligne, elle explore une approche pseudo-historiographique et documentaire des jeux qu'elle pratiquait avec sa sœur. Le présent article se propose d'interroger la préservation de l'intime dans le contexte d'une exposition de soi via un medium électronique de nature archivique.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais In her three electronic works, Shelley Jackson exacerbates the tension between self-writing and the diffraction of subjectivity, as she engages with a more explicit autobiographic form. Shifting from hyperfiction in Patchwork Girl (1995) to a fictionalized exercise in remembering through the scrutiny of her body parts in My Body & A Wunderkammer (1997), she eventually explores a pseudo-historiographic and documentary approach of the games she used to play with her sister in The Doll Games (2001), a work closer to an online family album of sorts. The present article purports to interrogate the preservation of the intimate in a context of public self-exposure through an archival electronic medium.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=ETAN_632_0204