Sign@l - Places in Translation in Walter Scott's The Heart of Mid-Lothian

Contenu de l'article

Titre

Places in Translation in Walter Scott's The Heart of Mid-Lothian

Auteur Céline Sabiron
Mir@bel Revue Etudes anglaises
Numéro Volume 63, octobre-décembre 2010
Rubrique/Thématique
Articles
Page 402-411
Résumé The Heart of Mid-Lothian se présente comme le roman de la mobilité. La protagoniste Jeanie Deans quitte la « terre ferme » (IV, 4: 371), c'est-à-dire sa maison familiale dans le sud de l'Écosse pour se rendre à Londres, puis à l'île de Roseneath dans les Hautes Terres écossaises où elle finit par s'installer. Une grande partie de la Grande-Bretagne est ainsi dépeinte par l'auteur-apprenti géographe qui essaie de tracer une carte aussi objective que précise des lieux rencontrés. Cependant, la traduction de ces cartes littéraires en cartes géographiques ne débouche que sur une pseudo-traduction dans la mesure où les lieux se montrent incartographiables. La résidence de Jeanie semble se déplacer avec elle, comme si elle était « transplantée » (IV, 6: 380) ou, pour être plus précis, translatée. Impossibles à saisir ou à figer, les lieux sont transférés du réel à l'imaginaire où l'espace et le temps sont changeables et déformables à souhait grâce à la puissance de l'imagination du narrateur, des personnages et du lecteur.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais The Heart of Mid-Lothian is Walter Scott's novel of mobility. The protagonist Jeanie Deans travels from the “terra firma” (IV, 4: 371) of her family cottage in southern Scotland, to London, and eventually to the Island of Roseneath in the Scottish Highlands where she settles. The whole of Great Britain is therefore pictured by the author-cum-geographer who tries to draw as objective and accurate a chart of places as possible. Yet, the translation of verbal maps into geographical ones only leads to a pseudo-translation as places prove unmappable. Jeanie's Scottish place of residence seems to follow her wherever she travels, as if it were “transplanted” (IV, 6: 380) or, more precisely, translated. Ungraspable and unfixable, places are transferred from the real to the imaginary where space and time are changeable and deformable at will through the imagination of the narrator, the characters and the reader.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=ETAN_634_0402