Sign@l - « 49 Bard Road » : le mythe shakespearien dans Wise Children d'Angela Carter

Contenu de l'article

Titre

« 49 Bard Road » : le mythe shakespearien dans Wise Children d'Angela Carter

Auteur Richard Pedot
Mir@bel Revue Etudes anglaises
Numéro Volume 63, octobre-décembre 2010
Rubrique/Thématique
Articles
Page 425-436
Résumé Angela Carter installe son dernier roman, Wise Children, sur l'envers du mythe shakespearien, tel qu'incarné par la dynastie Hazard qui ont dominé la scène victorienne comme des géants tragiques. Ce qui est visé, cependant, n'est pas une simple réhabilitation du monde des bâtards et de la comédie. Si la comédie, par inversion, dissipe l'illusion tragique et réaliste, c'est en s'y sachant partie prenante. Au bout du compte, ce roman se lit comme une défense et illustration du pouvoir paradoxal de l'illusion, entre tragédie et comédie, de nous mettre en rapport avec le réel : une invitation à accepter allègrement ce qui est.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais Wise Children, Angela Carter's last novel, is set on the wrong side of the Shakespearian myth, as embodied by the Hazard dynasty, “those tragic giants of the Victorian stage.” The point, however, is not merely to “stand up for bastards” and comedy. If comedy, on the other side of the tracks, dispels the tragic and realistic illusion, it is in full awareness of its own involvement in the same. Eventually, Wise Children reads as an apology for illusion and its paradoxical power, inbetween tragedy and comedy, to put us in touch with reality, inviting us gleefully to accept what is.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=ETAN_634_0425