Sign@l - Variations on a Reflexive Theme: the Musical Adaptations of A Midsummer Night's Dream (1692-1763)

Contenu de l'article

Titre

Variations on a Reflexive Theme: the Musical Adaptations of A Midsummer Night's Dream (1692-1763)

Auteur Pierre Degott
Mir@bel Revue Etudes anglaises
Numéro Volume 67, octobre-décembre 2014 Text and Music in Early Modern England
Rubrique/Thématique
Articles
Page 424-440
Résumé Cet article se penche sur les multiples réécritures du Songe du nuit d'été au cours du long XVIIIe siècle. Il s'intéresse notamment à la manière dont le discours réflexif sur le théâtre a été transformé, dans une série d'adaptations toutes hybrides génériquement, en un discours « méta-opératique » traitant à un degré ou un autre de la place de l'opéra sur la scène théâtrale britannique. Ainsi, si The Fairy Queen (1692) de Purcell semble thématiser la toute puissance de la musique, jusqu'à mettre en scène la disparition du poète, l'adaptation par Richard Leveridge de la célèbre pièce-dans-la-pièce (1716, 1745) signale, dans un contexte marqué par l'apparition de l'opéra italien à Londres, un profond bouleversement dans les catégories théâtrales. Plus tard, les réécritures de David Garrick attestent la difficulté à « restaurer » le texte shakespearien et à purger le texte des influences italiennes qui continuent à s'infiltrer dans les répertoires dits autochtones.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais This paper focuses on the many rewritings of A Midsummer Night's Dream in the long eighteenth century. It mainly analyses the way reflexive discourse on drama gave way, in a whole spectrum of generic hybrids, to a form of “meta-operatic” discourse dealing with the place of opera on the English stage. If Purcell's The Fairy Queen (1692) celebrates the all-powerful place of music to the point that it actually stages the symbolic dismissal of the poet, Richard Leveridge's adaptations of the play-within-the-play (1716, 1745) signal the generic upheavals brought about by the advent of Italian opera in the 1710s. David Garrick's later adaptations testify to the difficulty of restoring Shakespeare's text by purging it from the Italian influences still pervading native genres.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=ETAN_674_0424