Sign@l - Chasse au dahu et vigilance épistémique

Contenu de l'article

Titre

Chasse au dahu et vigilance épistémique

Auteur Radu Umbres
Mir@bel Revue Terrain
Numéro no 61, septembre 2013 Rires
Rubrique/Thématique
Rires
Résumé La « chasse au dahu » ou « mission absurde » est un canular, qu'on retrouve dans différentes sociétés et cadres institutionnels, qui consiste à pousser les « victimes » à accomplir des actions manifestement stupides. J'examine plusieurs exemples observés sur mon terrain en Roumanie ou trouvés dans des relations écrites. Dans cet article, je soutiens que ces variations partagent toutes un mode de duperie élaboré pouvant s'expliquer par le croisement entre un mécanisme cognitif actif dans la communication humaine, décrit par Dan Sperber et ses collègues, et une structure spécifique de compétence et d'autorité liée aux rôles sociaux. Le succès des missions absurdes provient d'une propension particulière de la cognition humaine à former des représentations mentales en l'absence d'une compréhension totale des énoncés, du moment que le locuteur semble compétent et digne de confiance. Le canular exploite le relâchement de la vigilance épistémique envers le contenu absurde des demandes sous l'influence d'une confiance épistémique, déplacée mais non déraisonnable, dans la source de l'information. Bien que le contenu de la farce soit modulé par l'autorité qui l'organise, une importante asymétrie des compétences est le seul trait nécessaire commun à tous les cadres sociaux où se déroulent ces missions absurdes.
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Résumé anglais The “fool's errand” is a practical joke, which occurs across different societies and institutional settings, wherein “victims” are tricked into performing patently absurd actions. I discuss several instances of this prank found in my ethnography of Romanian villagers and in the literature. This paper argues that these variants share an elaborate mode of deception which can be explained by the intersection of a cognitive mechanism active in human communication and proposed described by Dan Sperber and his colleagues with a specific structure of competence and authority attached to social roles. The success of fool's errands comes from a particular propension of human cognition to form mental representations in the absence of a full comprehension of utterances, when provided the speaker is seemingly competent and trustworthy. The prank exploits the relaxation of epistemic vigilance towards the nonsensical content of utterances by under the influence of a misplaced yet reasonable epistemic trust in the source of information. Although organisational authority modulates the prank's content, only a large asymmetry of competence is the key only necessary feature of the social settings hosting the fool's errand.
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Article en ligne http://terrain.revues.org/15187