Sign@l - Cultural studies versus économie politique : qui d'autre en a assez de ce débat ?

Contenu de l'article

Titre

Cultural studies versus économie politique : qui d'autre en a assez de ce débat ?

Auteur Lawrence Grossberg, Céline Morin
Mir@bel Revue Réseaux (communication - technologie - société)
Numéro vol. 33, no 192, 2015 Cultural studies et économie politique de la communication
Rubrique/Thématique
Dossier : Cultural studies et économie politique de la communication
Page 67-85
Résumé Ce texte est la traduction d'un article de Lawrence Grossberg publié en 1995 dans la revue Critical Studies in Mass Communication. L'auteur répond à Nicholas Garnham en rejetant la définition et la généalogie que ce dernier donne des cultural studies et de l'économie politique de la communication. Grossberg observe que le courant populiste et célébratoire auquel Garnham assimile les cultural studies est en réalité minoritaire et contesté au sein même de cet espace de recherche. Tout en réaffirmant que l'économie politique n'est toujours pas parvenue à se défaire du réductionnisme, il défend le bien-fondé des frontières épistémologiques et empiriques entre économie politique et cultural studies. Finalement, il plaide, non pour leur réconciliation, mais pour un usage étendu du concept d'articulation afin de saisir les liens entre politique, économie et culture.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais This text is the translation of an article by Lawrence Grossberg, published in 1995 in the journal Critical Studies in Mass Communication. The author answers Nicholas Garnham by rejecting the latter's definition and genealogy of cultural studies and the political economy of communication. Grossberg notes that the populist and celebratory current with which Garnham identifies cultural studies actually represents a minority, and is challenged within that very research field. While reasserting that political economy has not always managed to move away from reductionism, he defends the validity of the epistemological and empirical boundaries between political economy and cultural studies. Finally, he advocates not their reconciliation, but a broad use of the concept of articulation to grasp the links between politics, economics and culture.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=RES_192_0067