Sign@l - La région frontalière du Sud-Liban et les réfugiés palestiniens : entre résistance et contournements

Contenu de l'article

Titre

La région frontalière du Sud-Liban et les réfugiés palestiniens : entre résistance et contournements

Auteur Daniel Meier
Mir@bel Revue L'Espace Politique
Numéro no 27, 2015-3 Frontières et circulations au Moyen-Orient (Machrek/Turquie) + Varia
Rubrique/Thématique
Frontières et circulations au Moyen-Orient (Machrek/Turquie)
Résumé La question palestinienne au Liban est habituellement abordée sous l'angle des conditions sociales et politiques des réfugiés, principalement dans les camps. Cette approche tend parfois à aplatir l'historicité de la relation longue de plus de soixante ans qui lie ces réfugiés avec le Liban et faire fi de leur rapport à la géographie libanaise. Cet article entend faire le lien entre ces réfugiés et la région frontalière du Sud-Liban en tant que cette dernière ouvre sur une histoire longue, douloureuse et parfois violente des relations avec la terre de Palestine et avec Israël autant qu'il pose question sur les conditions de possibilité de passage entre les deux pays. C'est en effet le long de deux axes, celui de la lutte armée d'un côté et de l'autre celui de la résistance civile par la poursuite des relations entre Palestiniens par-delà la frontière fermée que ce texte entend examiner, à partir de la notion de région frontalière (borderland), la pertinence de l'utilisation du concept de frontières réseaux (networked borders) dans le cas des Palestiniens du Liban. Ce double aspect de la relation à la frontière, militaire et civil, traduit un rapport à l'espace frontalier mais aussi son changement dans le temps ; il met également en lumière la persistance de la marginalisation par les difficultés de mobilité des réfugiés palestiniens dans leur entreprise de franchissement ou contournement de la frontière du Sud Liban face à un système de frontières en réseaux et stratifiées.
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Résumé anglais The Palestinian question in Lebanon is usually studied through their political or economical conditions, mainly referring to their life in camps. This approach sometimes minimizes the importance of the 60-year old length common history of the Palestinian refugees with Lebanon and more particularly their relationship with this state's geography. This article intends to make the link between those refugees and south Lebanon's borderland. This border region opens a window on a long, painful and sometimes violent relationship with the land Palestine and with Israel as well as it raises questions about the possibilities of crossing between the two countries. Following two empirical axis with the armed resistance of the Palestinian resistance in the early seventies and the civilian resistance that intends to follow up relationships with relatives in Palestine, this paper would like to consider the region as a borderland and therefore explore the pertinence of using the concept of networked border to describe the type of issue faced by the Palestinians of Lebanon when reaching their relatives of Palestine. We will see that this civil and military aspect of the relationship with the border describes quite well the Palestinian refugees' relationship with the borderland and its transformation in time. It also highlights the persistence of the marginalization of the Palestinian refugees through the issue of mobility as they try to cross or bypass the South Lebanese border and confronted with a networked or stratified system of borders.
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Article en ligne http://espacepolitique.revues.org/3564