Sign@l - The Anti-Assad Campaign in the Occupied Golan Heights, 2011-2012: Reimagining Syrian Nationalism in a Contested Borderland

Contenu de l'article

Titre

The Anti-Assad Campaign in the Occupied Golan Heights, 2011-2012: Reimagining Syrian Nationalism in a Contested Borderland

Auteur Julian Cole Phillips
Mir@bel Revue L'Espace Politique
Numéro no 27, 2015-3 Frontières et circulations au Moyen-Orient (Machrek/Turquie) + Varia
Rubrique/Thématique
Frontières et circulations au Moyen-Orient (Machrek/Turquie)
Résumé Depuis 1967, Israël et la Syrie revendiquent le Golan, 1250 km2 de territoires situés en bordure de la frontière internationale entre les deux pays. Les résidents arabes de cette zone frontalière ont été pris dans un champ de contestation entre les deux pays. Israël et la Syrie, en collaboration avec leurs alliés respectifs au sein de la communauté druze, ont essayé d'inculquer des sentiments nationaux dans la population à travers un ensemble de projets. Cela a mené à l'instrumentalisation, de part et d'autre, de divers discours et pratiques visant à propager le nationalisme syrien ou israélien. Pendant les années 2011 et 2012, un petit groupe de résidents arabes du Golan ont organisé un mouvement politique d'opposition au président syrien Bashār al-Assad. Ce mouvement représente une initiative sans précédent pour établir une autre forme de nationalisme syrien dans le Golan, un nationalisme qui contraste également avec le patriotisme de l'Etat israélien et l'Etat syrien.
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Résumé anglais Since 1967, both Israel and Syria have laid claim to the Golan Heights, 1,250 square kilometers of territory that lies along the eastern edge of the internationally recognized border between the two countries. Over four decades, the Arab residents of this contested borderland have provided an unusual field for contestation between the two states. Both Israel and Syria, in collaboration with local allies, have enacted a series of programs designed to inculcate national consciousness within the population. This contestation has subsumed many aspects of daily life in the community, instrumentalizing a variety of practices and discourses to spread Israeli or Syrian nationalism. In 2011 and 2012, a small group of local activists organized a campaign to express opposition to the rule of Syrian President Bashār al-Assad. In addition to advertising an anti-regime agenda, this campaign constituted an unprecedented attempt to cultivate an alternative form of Syrian national consciousness in the Golan Heights, defined in opposition to the state-sponsored patriotism of both Israel and Syria.
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Article en ligne http://espacepolitique.revues.org/3576