Sign@l - La start-up est morte, vive la start-up ! : Étude de la survie d'une entreprise en création sous le prisme de l'effectuation

Contenu de l'article

Titre

La start-up est morte, vive la start-up ! : Étude de la survie d'une entreprise en création sous le prisme de l'effectuation

Auteur Benjamin Vedel, Florence Law, Inès Gabarret
Mir@bel Revue La Revue des Sciences de Gestion
Numéro no 277, 2016 La RSG : 50 ans de publications
Rubrique/Thématique
50 Ans d'innovations
Page 91-101
Résumé L'objectif de notre recherche est de comprendre comment l'alternance de situations causales et effectuales peut contribuer à la survie des entreprises en création. Pour cela, nous avons étudié de manière longitudinale une entreprise créée par un entrepreneur novice durant les trois premières années de sa vie. Sur la base d'informations obtenues à partir de reportages, d'entretiens semi-directifs, ainsi que par l'analyse du blog de l'entrepreneur, notre étude met en évidence les situations durant lesquelles l'entrepreneur novice agit de manière causale et celles durant lesquelles la logique effectuale prend le dessus. Les résultats de la recherche confirment que l'entrepreneur novice a tendance à développer en priorité une logique causale. Toutefois, c'est le passage vers la logique effectuale qui a été déterminant pour la survie de l'entreprise. Il apparaît que ce passage n'est pas automatique et nécessite un déclencheur externe. Une structure d'accompagnement peut jouer ce rôle.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais The start-up is dead, long live the start-up! Study of the survival of a start-up through the prism of effectuation The aim of our research is to understand how the alternation of causal and effectual situations can contribute to the survival of start-ups. To accomplish it, we studied a company created by a novice entrepreneur during its first three years of activity. Based on the entrepreneur personal blog, interviews and reports on the entrepreneur, our case study highlights the situations during which the novice entrepreneur develops a causal logic and those during which the effectual logic takes over. The research results confirm that the novice entrepreneur tends to develop causal logics in priority. However, the shift to the effectual logic is crucial for the survival of the company. It appears that this change is not automatic and requires an external trigger. A support structure may play this role.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=RSG_277_0091 (accès réservé)