Sign@l - ‪Migration et (contre)révolution dans le Golfe : politiques migratoires et politiques de l'emploi en Arabie saoudite‪

Contenu de l'article

Titre

‪Migration et (contre)révolution dans le Golfe : politiques migratoires et politiques de l'emploi en Arabie saoudite‪

Auteur Hélène Thiollet
Mir@bel Revue Revue Européenne des Migrations Internationales
Numéro vol. 31, no 3, 2015 Migrations au Maghreb et au Moyen-Orient : le temps des révolutions / Numéro ouvert
Rubrique/Thématique
Dossier thématique
Page 121-143
Résumé Alors que des révolutions politiques mettaient à mal les régimes autoritaires du Moyen-Orient, les monarchies du Golfe et, en particulier, l'Arabie saoudite, ont déployé à l'échelle nationale et internationale des politiques « contre-révolutionnaires ». Au-delà de la répression de l'opposition politique, l'Arabie saoudite se lance dans une campagne de réforme de l'immigration et de l'emploi qui a vocation à réduire les facteurs structurels de mécontentement économique et social de sa population et « prévenir » une révolution. Véritable ingénierie sociale, ces politiques s'inscrivent dans une tendance lourde de politisation de l'immigration depuis le début des années 1990 et de construction de la « menace migratoire » comme risque existentiel pour la pérennité de la nation saoudienne. On avance dans cet article l'idée qu'au-delà du changement de régime c'est bien le risque d'une « révolution sociale », selon les termes de Theda Skocpol, qui veut être évité en réaffirmant les rapports de classe entre étrangers et nationaux et la domination des seconds sur les premiers.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais
‪In the wake of the Arab springs, the Gulf monarchies and Saudi Arabia in particular have launched counter-revolutionary policies both at the domestic and international level. Beyond the repression of political opponents, Saudi Arabia initiated a series of reforms in the field of immigration and labour market policies. Their goal was to dismiss the socio-economic discontent of Saudis and to repent a potential uprising. The political engineering involved to shape institutions and behaviours is embedded is a long term trend of politicization of migration as a key existential threat for the country. We argue that beyond regime change, the risk of a “social revolution”, according to the terms of Theda Skocpol, is what looms ahead for Saudi policy makers. The reforms can therefore be understood as an effort to reinforce the class divisions between nationals and foreigners and the domination of the former on the latter.‪
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=REMI_313_0121