Sign@l - ‪“Good Romanian Gypsy Looking for a Home”. Housing Policies and Politics of Identity among Roma and non-Roma in Turin, Italy‪

Contenu de l'article

Titre

‪“Good Romanian Gypsy Looking for a Home”. Housing Policies and Politics of Identity among Roma and non-Roma in Turin, Italy‪

Auteur Pietro Cingolani
Mir@bel Revue Revue Européenne des Migrations Internationales
Numéro vol. 32, no 1, 2016 Les migrations des Roms roumains en Europe
Rubrique/Thématique
Dossier thématique
Page 59-78
Résumé Une forte tradition d'études anthropologiques souligne la façon dont les institutions ont tendance à produire des classifications et à mettre en place un processus d'encadrement dans lequel les groupes d'immigrants sont identifiés à l'avance et sont donc construits comme des objets de politique. Ces cadrages dirigent les interventions sociales et façonnent la perception publique des Roms. Cet article est le résultat d'une enquête ethnographique menée auprès de Roms et d'immigrés non roms roumains dans quatre quartiers de Turin, en Italie et à Caraş-Severin, leur région de départ en Roumanie. La recherche a dévoilé des dynamiques complexes en examinant certains récits de vie illustratifs. En réponse à l'attitude des institutions, les protagonistes de ces histoires utilisent stratégiquement des caractéristiques culturelles, exacerbant la différence, ou la cachant avec des processus de mimétisme. Certains ont redécouvert leur appartenance ethnique, bénéficiant en tant que « nomades » de projets spéciaux en matière de logement ; d'autres traitent des caractéristiques de l'identité d'une façon « ségrégationniste » ; d'autres encore, bien qu'ils n'aient pas d'ancêtres roms en Italie, se définissent comme des « Gitans » et adoptent des stratégies économiques de survie propres aux Roms. Cette étude montre comment, en Italie et en Roumanie, les frontières entre les catégories identitaires sont constamment négociées.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais
‪A strong tradition of anthropological studies highlights how institutions tend to produce classifications and put in place a process of framing in which immigrant groups are identified in advance and are therefore constructed as objects of policy. These framings direct social interventions and shape the public perception of the Roma. This article is the result of ethnographic fieldwork conducted among Roma and non Roma Romanian immigrants in four neighbourhoods in Turin, Italy and in Caraș-Severin, their departure region in Romania. Research brought to light complex dynamics by examining some illustrative life stories. In response to the attitude of the institutions, the protagonists of these stories make strategic use of cultural features, exacerbating the difference, or hiding it with processes of mimicry. Some rediscovered their ethnicity, benefitting as “nomads” from special housing projects; some dealt with the features of identity in a “segregating” form; some, despite not having Roma ancestors, in Italy define themselves as “Gypsy”, adopting the distinctive economic survival strategies of the Roma. This research study has shown how, in Italy and in Romania, the boundaries between identity categories are constantly negotiated.‪
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=REMI_321_0059