Sign@l - Pourquoi les parents préfèrent-ils la crèche ? Les représentations hiérarchisées des modes de garde professionnels

Contenu de l'article

Titre

Pourquoi les parents préfèrent-ils la crèche ? Les représentations hiérarchisées des modes de garde professionnels

Auteur Marie Cartier, Anaïs Collet, Estelle Czerny, Pierre Gilbert, Marie-Hélène Lechien, Sylvie Monchatre
Mir@bel Revue Revue française des Affaires sociales
Numéro no 2, avril-juin 2017 Les modes d'accueil des jeunes enfants : des politiques publiques à l'arrangement quotidien des familles
Rubrique/Thématique
Confier son enfant, accueillir des enfants : les professionnel•le•s face aux parents
Page 247-264
Résumé Dans un contexte de montée de la bi-activité des conjoints, la question du choix du mode de garde se pose de façon aiguë pour les parents de jeunes enfants. Or, bien que l'offre de garde en crèche soit moins répandue que celle par les assistantes maternelles, les parents manifestent un rejet assez net de ces dernières et leur accordent moins spontanément leur confiance. À partir d'une enquête par entretiens auprès de 32 couples, l'article interroge les raisons de cette disqualification persistante des assistantes maternelles, en soulignant les différenciations sociales de ce jugement selon la position des parents et la pente de leur trajectoire, et également selon le genre. Si les parents des classes supérieures tendent à écarter le recours aux assistantes maternelles dans le cadre de ce qui s'apparente à une présomption d'incompétence de classe, les parents des classes moyennes et populaires expriment quant à eux des attentes éducatives et socialisatrices différenciées, inspirées de la « culture psy », d'une réinterprétation scolaire de l'éveil de l'enfant et d'un attachement à la crèche comme préparation à l'école maternelle exigeant des enfants discipline et autonomie. Ces attentes se doublent, dans les couples de classes populaires interviewés, de la crainte de confier leurs enfants à des femmes incontrôlables, soupçonnées d'échapper aux contraintes de l'emploi salarié.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais The choice of childcare is an acute question for parents of young children in a context of rising numbers of two-parent working families. Although the availability of crèche-based childcare is less widespread than the availability of childminders, parents show a fairly clear rejection of the latter and award them their trust less spontaneously. Based on a study of interviews with 32 couples, the article examines the reasons for this persistent disqualification of childminders, emphasizing the social differentiation of this judgment according to gender as well as to the parents' social position and evolution. While upper-class parents tend to exclude the use of childminders in a manner resembling a presumption of class-related incompetence, middle and working-class parents express differentiated educational and socializing expectations inspired by a cultural interest in psychology, an academic reinterpretation of early learning, and an attachment to the crèche as a preparation for kindergarten that instils discipline and autonomy in children. These expectations are compounded in the working-class couples interviewed by a fear of entrusting their children to women who cannot be controlled and who they suspect operate outside the restrictions imposed upon employees.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=RFAS_172_0247 (accès réservé)