Sign@l - ‪La renaissance de la « Route de la soie » : un mythe qui occulte les migrations internationales‪

Contenu de l'article

Titre

‪La renaissance de la « Route de la soie » : un mythe qui occulte les migrations internationales‪

Auteur Julien Thorez
Mir@bel Revue Revue Européenne des Migrations Internationales
Numéro vol. 32, no 3, 2016 30ème anniversaire. Renouveler la question migratoire
Page 297-317
Résumé La « Route de la soie » est désormais l'une des principales notions utilisées par les acteurs politiques et quelquefois académiques pour décrire l'insertion des pays d'Asie centrale dans la mondialisation. Cette idée développée au XIXe siècle par le géographe allemand Ferdinand von Richtofen pour dépeindre les réseaux commerciaux reliant la Chine et l'Europe aux périodes antiques et médiévales est pourtant invalidée par la réalité des échanges internationaux de personnes et de marchandises. Les flux qui transitent par l'Asie centrale entre l'Europe et l'Asie restent en effet modestes au regard de la circulation mondiale, en raison de la primauté de la voie maritime. Par ailleurs, cette idée occulte les migrations internationales, alors même que la région a connu depuis une trentaine d'années des transformations considérables de son système migratoire qui bouleversent les sociétés et les territoires de l'Asie centrale.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais ‪The “Silk Road” is one of the most popular terms used by political stakeholders (and in a few cases by academics) to describe the insertion of the Central Asian states into globalisation. This idea was coined by German geographer Ferdinand von Richtofen at the end of the 19th century in order to schematise the ancient network of trade routes which connected China and Europe. However, the discourse on the assumed rebirth of the “Silk Road” is contradicted by the reality of international exchanges. In comparison with the circulation of goods and persons at the global scale, transit flows through Central Asia are marginal, due to the domination of maritime transport. In addition, and despite fundamental changes within Central Asian migrations since the 1980's, this discourse overlooks international migratory flows as well as the actual dynamics of Central Asian societies and territories.‪
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=REMI_323_0297