Sign@l - ‪L'atoll polynésien de Mataiva face aux enjeux du phosphate‪

Contenu de l'article

Titre

‪L'atoll polynésien de Mataiva face aux enjeux du phosphate‪

Auteur Alexandre K. Magnan
Mir@bel Revue Journal de la Société des Océanistes
Numéro no 146, 2018 Le Sepik : société et production matérielle
Rubrique/Thématique
Hors dossier
Page 259-264
Résumé L'atoll de Mataiva (Tuamotu, Polynésie française) possède un lagon « réticulé », véritable curiosité géologique à la surface de la planète. Ce patrimoine naturel remarquable est cependant menacé, depuis les années 1970, par un projet d'exploitation du phosphate sur toute la moitié ouest du lagon, à l'initiative de diverses compagnies internationales et du gouvernement de Polynésie française, basé à Tahiti. Dans les années 1980, puis dans les années 2000, des rencontres ont été organisées avec les habitants de Mataiva, mais ces derniers se sont systématiquement opposés à ce projet, pour trois raisons principales : un attachement profond à cet atoll qu'il considèrent comme leur « mère nourricière » ; le souvenir de n'avoir plus pu manger de poisson du lagon pendant 10 ans après la phase de test (qui n'a pourtant duré qu'un an et demi) ; et la peur de voir les zones d'exploitation s'étendre aux terres émergées. Si le projet n'a pas abouti jusqu'à maintenant, il n'a pas pour autant été abandonné.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais Mataiva Atoll (French Polynesia) has a 25km2 entirely reticulated lagoon, a quite unique coral structure in the world. Mataiva lagoon is also rich in phosphate. The project of exploiting it arose in the 1970s, and in the 1980s international companies engaged a dialogue with the Government of French Polynesia to get authorisations. Public meetings were organized, but the inhabitants strongly opposed to the project, based on three main arguments related to (i) their respect towards the atoll, that they considered as “a mother providing survival means”; (ii) the negative effects on fishing they experienced after the 1.5-year testing extraction phase; (iii) and their conviction that companies would also try to extract phosphate from the islands themselves. This led to the abandonment of the project. A new one also failed in 2008 for the same reason. In January 2015, the Economic Council of French Polynesia however released a report partly dealing with the economic benefits to expect from atolls' phosphate, putting this geological patrimony once again at risk.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=JSO_146_0259 (accès réservé)