Sign@l - Insularité – altérité. La place de l'étranger dans l'Irlande du haut Moyen Âge

Contenu de l'article

Titre

Insularité – altérité. La place de l'étranger dans l'Irlande du haut Moyen Âge

Auteur Christophe Archan, Olivier Viron
Mir@bel Revue Droit et cultures
Numéro no 76, octobre 2018 L'étranger et le droit
Rubrique/Thématique
D'Orient en Occident, l'influence de l'altérité, chemin d'intégration
Page 183-228
Résumé Dans une société gentilice politiquement très morcelée comme l'Irlande du haut Moyen Âge, les étrangers ne s'inscrivent pas dans le système des solidarités familiales fermement établi. C'est en tout cas ce que laissent entendre les traités de droit, qui soulignent leur incapacité juridique. Cette incapacité ne les empêche cependant pas d'être absorbés par une parenté et finalement tolérés. À partir de la fin du VIIIe siècle les choses changent lorsque les Scandinaves hostiles arrivent en grand nombre. On constate alors que même s'ils parviennent à s'implanter de manière permanente, ils ne s'intègrent finalement jamais à la société irlandaise.
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Résumé anglais In a politically fragmented Gentile society like that of early Ireland, foreigners do not take part in the firmly established family solidarity system. That is, in any case, what legal tracts suggest, underlining their legal incapacity. This incapacity, however, does not prevent them from being absorbed by a kinship and ultimately tolerated. From the end of the 8th century onwards, things changed when the hostile North men arrived in large numbers. It can then be observed that even if they manage to establish themselves permanently, they end-up never integrating into the Irish society.
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Article en ligne http://journals.openedition.org/droitcultures/4847