Sign@l - Pour une refonte des relations tuniso-européennes ou comment permettre à la Tunisie de réussir sa transition économique

Contenu de l'article

Titre

Pour une refonte des relations tuniso-européennes ou comment permettre à la Tunisie de réussir sa transition économique

Auteur Abderrazak Zouari
Mir@bel Revue Maghreb-Machrek
Numéro no 237-238, 2018/3-4 Un Maghreb qui se cherche
Rubrique/Thématique
Dossier - Un Maghreb qui se cherche
Page 61-78
Résumé Les relations entre la Tunisie et l'Union Européenne se limitent à une convergence d'intérêts commerciaux régis par la mise en place, avant 1995, de nombreux accords préférentiels, par l'établissement d'une zone de libre échange depuis, et, enfin, par la négociation actuelle d'un futur accord de libre échange complet et approfondi (ALECA).Depuis la révolution de 2011, la Tunisie est bien souvent présentée comme étant l'exception du monde arabe. Pays ouvert, statut de la femme, avènement de la démocratie, respect des droits de l'homme sont autant d'acquis de la Tunisie qui véhiculent les valeurs tant défendues par l'Europe. Il s'ensuit que la réussite de la Tunisie ne manquera pas de produire des externalités positives sur l'ensemble de la zone euro-méditerranéenne.Néanmoins, les difficultés économiques actuelles de la Tunisie risquent de tout remettre en cause. En effet, la Tunisie fait face actuellement à d'importants déséquilibres financiers importants nécessitant la mise en place de multiples réformes. A cet égard, l'Union Européenne est appelée à dépasser l'approche actuelle et à s'orienter vers l'établissement d'une relation spécifique avec la Tunisie qui dépasse le cadre strictement commercial et d'en faire un pays en pré-adhésion sans toutefois aller jusqu'à l'adhésion. Cette étude a pour objectif de proposer un nouveau cadre pour le futur partenariat UE-Tunisie, de définir une stratégie qui reflète l'ampleur et la profondeur des relations privilégiées et de répondre, à plus long terme, aux ambitions partagées pour le futur qui vont au-delà de la politique européenne de voisinage révisée.Au delà des aspects économiques, l'ancrage de la Tunisie à l'Europe constitue, d'une part, pour cette dernière, une pièce maîtresse pour la stabilité de la région, sa zone d'influence et sa périphérie de voisinage, et d'autre part, pour la Tunisie, un gage de sécurité et de stabilité de ses nouvelles institutions démocratiques.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais For a redesign of Tunisian-European relations or how to enable Tunisia be successful in its economic transitionThe relationship between the EU and Tunisia has been limited primarily to business interests. Before 1995 Tunisia received preferential treatment as a trading partner. In 1995 a free trade agreement was signed which has been in place until the present day. Now a new negotiation is taking place that seeks a “deep and comprehensive free trade area.” As in the past, this agreement does not look beyond commercial interests.Since the revolution of 2011, European leaders have put Tunisia forward as an exception among the Arab world. Tunisia, sharing the same values defended by Europe, is continually spoken about as an open country and burgeoning democracy, having respect for all human rights, particularly the rights of women. It has been noted many times that the success of Tunisia will produce many positive externalities for the whole of the Euro-Mediterranean region.The current economic difficulties of Tunisia are putting all that has been gained at risk. Tunisia now faces significant economic imbalances, which necessitate putting in place multifaceted reforms. Under these conditions the EU is called upon to change its current approach and focus on the establishment of a special relationship with Tunisia that looks beyond strictly commercial interests. The EU should treat Tunisia as a country wishing to apply the pre-accession reforms needed to join the EU, but which will not ultimately be part of the EU. The objective of this paper is to propose a new framework for a future EU – Tunisian partnership, as well as define a strategy, which reflects the deep and privileged relationship and responds to the long term ambitions shared by both parties for a future that goes beyond the European policy of a revised neighborhood.Beyond only economics considerations, the anchoring of Tunisia to Europe should be seen for Europe as a cornerstone of stability in its area of influence and its surrounding neighborhood, and for Tunisia, a guarantee of security and stability for its new democratic institutions.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=MACHR_237_0061 (accès réservé)