Sign@l - Daesh, les temps obscurs

Contenu de l'article

Titre

Daesh, les temps obscurs

Auteur Pierre Boussel
Mir@bel Revue Maghreb-Machrek
Numéro no 237-238, 2018/3-4 Un Maghreb qui se cherche
Rubrique/Thématique
Varia
Page 93-124
Résumé Fulgurance et innovation perturbatrice, Daesh a surpris nombre de chancelleries en proclamant un califat au Proche-Orient en 2014. Si la séquence fut aussi éphémère que violente, elle souligne le potentiel déstabilisateur d'une doxa nihiliste, ses capacités d'agrégation aux décombres d'un Etat failli. Comme toute entité agissante, le groupe Etat Islamique possède une Signature Temporelle. Ce concept nouveau présenté dans cette étude1 apporte un éclairage sur les causes profondes du mouvement, idem les « Zones d'Impacts » révélant la prégnance du facteur T sur des djihâdistes qui ambitionnent d'inverser la flèche du temps afin de renouer avec les temps anciens. La défaite de 2017 n'a entamé en rien leur détermination. Combattants figés dans une lecture régressive de l'histoire, hommes en proie à une dichotomie entre le mythe du paradis perdu, l'Hégire, et l'impatience de l'éternité, ils résolvent cette équation en menant un djihâdisme aveugle, convaincus que l'islam exige de « croire sans comment et sans signification » (Hanbal).
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais Daesh, the dark times
Fulgurance and disruptive innovation, Daesh surprised many diplomatic chanceries by proclaiming a caliphate in the Middle East (2014). Like any active entity, the Islamic State group has a Temporal Signature. This new concept, presented in this study, sheds light on the root causes of the movement, as well as the concept of “Impact Zones” which indicates the impact of the T factor on jihadists who aim to reverse the arrow of time to reconnect with ancient times. The 2017 defeat did not affect their determination. Fighters frozen in a regressive reading of history, men in the grip of a dichotomy between the myth of the lost paradise, the Hegira, and the impatience of eternity, they solve the equation of “Political Time” by conducting a blind jihadism, convinced that Islam requires us to “believe without how and without meaning” (Hanbal).
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=MACHR_237_0093 (accès réservé)