Sign@l - Confiance et tourisme électronique au Maroc

Contenu de l'article

Titre

Confiance et tourisme électronique au Maroc

Auteur Jalila Ait Soudane
Mir@bel Revue Maghreb-Machrek
Numéro no 239, 2019/1 Dossier. Le tourisme durable dans les pays d'Afrique du Nord
Page 21-32
Résumé Aujourd'hui il est inconcevable de parler de tourisme sans évoquer l' « e-tourisme ». Opposer « tourisme à l'ancienne » et « e-tourisme » n'a plus véritablement de sens à l'heure où ce dernier représente un chiffre d'affaires annuel évalué entre 12,4 et 18 milliards d'euros, sans même parler du volume d'affaires apporté indirectement par le Net. Les entreprises du secteur touristique se trouvent face à l'obligation de suivre les évolutions afin de répondre à la demande des consommateurs, elles doivent innover en créant de nouveaux services.Au Maroc, les entreprises touristiques se mettent au diapason des dernières technologies de l'Information et de la Communication en lien avec leurs domaines d'actions. Cette nouvelle « donne » leur permet d'offrir une vaste gamme de produits concurrentiels sur la base des prix et de l'image de marque avec des budgets de marketing important. Comment l'« e-tourisme » s'est développé au Maroc ? Quel est son enjeu ? Jusqu'à quel degré les internautes marocains font confiance à l'e-tourisme ?
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais Trust and e-tourism in Morocco
The Djamaà El Djazaïr mosque is one of the emblematic projects on the Bay of Algiers : a project which illustrates how politicians have recourse to projects of prestige to affirm their ideology and influence how the city's identity is formed. Like other grand projects across the world such as the Louvre museum in Paris, the Hassan II mosque in Casablanca and the Capital Gate tower in Abu Dhabi, this project is part of a quite recurrent practice of politicians who aspire to a certain longevity and an affirmation of their role as creators of new icons.The legitimacy of Djamaà El Djazaïr comes from its pretention to reflect a certain national identity in a globalised postmodern world, where more than ever image and communication are at the core of forming identities. It illustrates the unease that characterises North African societies today as they search for a certain authenticity which was for a long time jeopardised by successive colonisations as well as by socio-economic and political imbalance.Indeed, as an inescapable element of the urban landscape in the land of Islam, the mosque, by its architecture, constitutes a means of expressing the evolution of local cultural identities. The Djamaà El Djazaïr project then is an opportunity to produce an original work, the expression of a reappropriated cultural identity. This article will investigate the context of the emergence of the project, identify the stakes and the impact on a territory which is itself emblematic, the Bay of Algiers.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=MACHR_239_0021 (accès réservé)