Sign@l - Malaise dans la philosophie ?

Contenu de l'article

Titre

Malaise dans la philosophie ?

Auteur Gaspard Fontbonne
Mir@bel Revue Revue d'histoire des sciences humaines
Numéro no 34, 2019 Chemins de traverse
Rubrique/Thématique
Dossier
 Disciplinarisation, dédisciplinarisation, redisciplinarisation
Page 177-199
Résumé En France, la philosophie occupe une position élevée dans les hiérarchies académiques. Elle a produit un nombre important de « transfuges » intellectuels participant à la construction de nouvelles disciplines (sociologie, anthropologie, psychologie, sciences de l'éducation, psychanalyse). À la fin des années 1960, la psychanalyse eut un impact non négligeable sur le champ intellectuel et plus particulièrement sur les philosophes dont une part significative l'investit. Cette situation pouvait susciter différentes explications de sens commun qui exigeaient d'être confrontées à une enquête empirique. Notre propos voudrait jouer ce rôle en examinant les conditions ayant rendu possible l'investissement d'agents, d'abord formés dans les limites d'une discipline spéculative comme la philosophie, à la pratique de la psychanalyse. À partir d'analyses de trajectoire, il s'agira également de montrer ce que les diverses modalités d'accès à cette position devaient aux propriétés sociales des agents.
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Résumé anglais If we cast a retrospective look at the contemporary French intellectual field, certain elements tend to give philosophers a predisposition to transgress academic boundaries. A prestigious, panoramic field that was formerly established in the scholarly space, philosophy is a sector that has produced a significant number of intellectual “defectors” involved in the construction of new disciplines. This situation would lead to different common sense explanations that required an empirical inquiry. Starting from the specific case of the transition of philosophers to the practice of psychoanalysis, examined as part of the research on “intellectual redeployment” of philosophy graduates from the late 1960s, our survey shows that, during this period, psychoanalysis had a significant impact on the intellectual field and more specifically on philosophers.
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Article en ligne http://journals.openedition.org/rhsh/3275