Sign@l - Sors, sortiri, sortitio. Pratiques et lexique du tirage au sort dans le monde romain

Contenu de l'article

Titre

Sors, sortiri, sortitio. Pratiques et lexique du tirage au sort dans le monde romain

Auteur Frédérique Biville
Mir@bel Revue Participations
Numéro Hors série, 2019 Tirage au sort et démocratie
Rubrique/Thématique
I. Le monde antique
Page 139-156
Résumé Le tirage au sort (sors, sortiri) a joué un rôle fondamental dans le monde romain, dans les institutions politiques et juridiques (sortitio), dans les pratiques divinatoires et ludiques, et dans les diverses circonstances de la vie quotidienne. L'étude du lexique dans lequel il s'exprime, avant tout sors (qui s'est maintenu jusque dans les langues romanes modernes) et ses dérivés, permet d'aborder l'impact du concept dans la civilisation romaine et la diversité de ses réalisations, même si les textes, littéraires et épigraphiques, ne sont pas toujours explicites sur la nature et l'évolution des réalités matérielles et des procédures associées aux mots. Des ambiguïtés subsistent, en particulier sur la nature des instruments du tirage au sort, les sortes et sorticulae, et sur celle de l'urne, urna, qui pose le problème de sa correspondance avec le grec κληρωτήριον (klêrôtêrion).
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais Drawing lots (sors, sortiri) played a major part in the Roman world, in political and juridical institutions (sortitio), in divinatory and playful practices, and in the different circumstances of everyday life. The study of the lexicon by which it is expressed, and before all sors (which survives in modern romance languages) and its derivatives, allows us to approach the impact of the concept in Roman civilization and the diversity of its achievements, even if literary and epigraphic texts are not always explicit about the nature and evolution of the material realities and proceedings connected with the words. Some ambiguities remain, especially about the nature of the instruments of drawing lots (sortes and sorticulae), and that of the urn, urna, which brings up the problem of its relationship with the Greek κληρωτήριον [kleroterion].
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=PARTI_HS01_0139