Sign@l - Du klérotèrion à la cryptologie : l'acte de tirage au sort au XXIe siècle, pratiques et instruments

Contenu de l'article

Titre

Du klérotèrion à la cryptologie : l'acte de tirage au sort au XXIe siècle, pratiques et instruments

Auteur Dimitri Courant
Mir@bel Revue Participations
Numéro Hors série, 2019 Tirage au sort et démocratie
Rubrique/Thématique
IV. Le monde contemporain
Page 343-372
Résumé Le tirage au sort est de plus en plus présent dans les discours et les pratiques politiques au xxie siècle. Utilisé pour désigner des jurys ou départager des candidats ex-æquo lors d'élections, il devient aussi l'objet de revendications démocratiques, de la part de chercheurs, d'expérimentateurs et de militants. Mais peu d'intérêt est porté aux techniques et outils concrets utilisés pour les tirages contemporains. Contribuant à l'histoire matérielle de la démocratie, cet article analyse l'acte de tirage au sort aux xxe et xxie siècles à travers les pratiques et instruments mobilisés par une mosaïque d'acteurs dans des contextes divers. Du pile ou face à la courte paille ou à l'urne jusqu'aux logiciels informatiques et à la physique quantique, du klérotèrion à la cryptologie, comment tire-t-on au sort aujourd'hui ? Quelles sont les logiques matérialisées par ces pratiques ? Notre recherche démontre qu'il y a au xxie siècle une persistance des outils manuels pour l'acte de tirage au sort, l'avènement de l'informatique ne les ayant pas effacés. Il existe des phénomènes d'hybridations et de transitions des outils et des pratiques selon les champs. En revanche, l'apparition de l'informatique coïncide avec la montée en puissance de la notion d'échantillon représentatif et des instituts de sondages. Cela soulève un défi : en démocratie, le tirage au sort peut-il être conduit par des experts via des logiciels en « boîte noire » de façon non-transparente, sans risquer de perdre la confiance du public ?
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais In the twenty-first century, sortition has become increasingly prevalent in both political discourse and practices. Random selection is used to designate jurors and to break ties between electoral candidates. Sortition has also become an integral part of the democratic demands made by academics, experimenters, and activists. But little attention has been paid to the concrete techniques and tools used in contemporary random selection procedures. Contributing to the “material history of democracy,” this chapter analyzes the “act of sortition” in the twentieth and twenty-first centuries by looking at the wide variety of practices and instruments used by a veritable tapestry of actors in differing contexts. From coin-flipping or drawing the short straw to retrieving ballots from an urn or using digital software and quantum physics, from kleroterion to modern cryptology, how does one draw lots today? And what significance do these practices embody? Our research shows that in the twenty-first century, manual tools for the act of sortition have persisted despite the rise of computing and digitization. Depending on the field, hybridization or transition phenomena can be observed regarding sortition tools and practices. However, the birth of computing has coincided with the rise of the representative sample and opinion polls. This poses a challenge: in a democracy, can sortition be conducted by experts using proprietary black box software in a non-transparent manner without jeopardizing the public's trust?
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=PARTI_HS01_0343