Sign@l - La sélection des mini-publics entre tirage au sort, motivation et disponibilité

Contenu de l'article

Titre

La sélection des mini-publics entre tirage au sort, motivation et disponibilité

Auteur Jean-Michel Fourniau
Mir@bel Revue Participations
Numéro Hors série, 2019 Tirage au sort et démocratie
Rubrique/Thématique
IV. Le monde contemporain
Page 373-400
Résumé La multiplication des mini-publics comme instruments emblématiques d'une démocratie plus délibérative se prévaut des propriétés attachées au tirage au sort censé, depuis l'antiquité, bannir l'auto-sélection et garantir au contraire l'égalité, l'imprévisibilité et l'impartialité de la sélection et, de surcroît, du point de vue contemporain de la théorie délibérative, une meilleure inclusivité. Or, cet article le montre en analysant un cas précis à la lumière de la littérature internationale, le processus de recrutement d'un mini-public, généralement qualifié de « tirage au sort », s'avère en fait fabriquer une sélection de personnes au bout du compte volontaires, les différences entre participants et non-participants apparaissant suffisamment importantes pour influencer la dynamique de la délibération. Le processus combine un tirage au sort initial, souvent non aléatoire, avec l'auto-sélection des participants en fonction de motivations diverses et d'une disponibilité aux dates fixées, et leur enrôlement de manière à fabriquer la représentativité du mini-public. L'enrôlement des personnes tirées initialement au sort les mobilise différemment selon leurs motivations à participer à un exercice collectif et délibératif, selon leur activité sur Internet quand il s'agit déjà d'adhérents à un panel d'internautes, selon le sujet traité et les conditions du mini-public (en particulier la rémunération de la participation). Le mixage entre tirage au sort, motivation et disponibilité biographique sélectionne préférentiellement des « citoyens délibératifs » qui attachent plus d'importance que les non-participants à exprimer leur avis, prennent plus plaisir à participer à un exercice collectif pour le faire, craignent moins l'expression du désaccord politique en face-à-face et sont plus disposés à évoluer dans leurs opinions du fait de la valeur sociale qu'ils attribuent à la discussion collective.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais The proliferation of mini-publics as emblematic instruments of a more deliberative democracy relies on the method of sortition. The latter, since Antiquity, supposedly does away with self-selection, and instead guarantees equality, unpredictability, and the impartiality of the selection. Moreover, from the contemporary point of view of deliberative theory, sortition ensures better inclusiveness. Yet this chapter analyzes a specific case in light of the relative literature, showing instead that the process of recruiting a mini-public, generally described as “random selection,” is in fact the selection of individuals who are ultimately volunteers. Moreover, the differences between participants and non-participants are significant enough to influence the dynamics of the deliberation. The process combines an initial random sampling, often non-probability based, with self-selection of participants according to various motivations, their availability for the scheduled dates, and their recruitment carried out in such a way as to ensure the representativeness of the mini-public. Recruitment (of an initially randomly selected group) mobilizes individuals in different ways depending on their motivation to participate in a collective and deliberative exercise, their activity online when they are already members of an online panel, the topic itself, and the conditions of participation (especially remuneration). The mix of random recruitment, motivation, and biographical availability preferentially selects “deliberative citizens” who place more importance than non-participants on expressing their opinion, find more pleasure in participating in collective exercises, are less wary of face-to-face political disagreement, and are more willing to shift their opinions, given the social value they attribute to collective discussion.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=PARTI_HS01_0373