Sign@l - Tirage au sort et associations étudiantes : une expérience démocratique à l'Université de Lausanne ?

Contenu de l'article

Titre

Tirage au sort et associations étudiantes : une expérience démocratique à l'Université de Lausanne ?

Auteur Maxime Mellina
Mir@bel Revue Participations
Numéro no 23, 2019/1 Dossier : Le tirage au sort au XXIe siècle
Page 147-170
Résumé La Fédération des associations d'étudiant·e·s, syndicat étudiant de l'Université de Lausanne, introduit en 2013 le tirage au sort comme mode de désignation des représentants de son assemblée législative. Avant cette introduction, toutes les personnes immatriculées à l'université votaient pour désigner les étudiants qui les représenteraient au cours de l'année académique. Cet article analyse les dynamiques politiques de cette expérience particulière afin d'amener au débat sur le tirage au sort un éclairage utile dans le questionnement relatif aux pratiques démocratiques. Cette question implique de s'interroger sur les profils des représentants, en montrant que le sort diversifie bel et bien ceux-ci dans le sens d'une meilleure représentativité. Nous revenons ensuite sur les effets symboliques de la sélection aléatoire, qui conduisent dans notre cas à la démystification du rôle de représentant et à une plus grande prise en considération de l'intérêt de la communauté dans la délibération. Nous discutons enfin comment la dimension représentative et la dimension symbolique se réalisent dans le processus dynamique de la délibération. Cette analyse nous permet de mettre en évidence que bien que le tirage au sort réduise la force des structures génératrices de rôles, il ne semble pas ici engager d'effets assez puissants pour déstructurer totalement les normes et les codes classiques du jeu politique.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais Sortition in students' associations: A democratic experience at the University of Lausanne?
In this article, we describe the use of sortition within the Fédération des associations d'étudiant·e·s, the student association of the University of Lausanne. In 2013, the association introduced sortition as a method to designate the representatives of its legislative assembly. Prior to this introduction, all students registered at the University of Lausanne voted to designate their representatives during the academic year. This contribution analyzes the political dynamics of this particular experience in order to bring new elements and arguments to the field of democratic representation. It shows that this method does indeed diversify the profiles of representatives in order to enhance their representativeness. It also shows that sortition also has symbolic effects, which lead to a greater consideration of the community's interest in the deliberation. Finally, it discusses how these representative and symbolic dimensions are realized in the dynamic process of deliberation. On this basis, this article concludes that sortition reduces the strength of role-generating structures, but not enough to completely dismantle the classic norms and codes of the political game.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=PARTI_023_0147 (accès réservé)