Contenu de l'article

Titre Fronde 2.0. Les députés français sur Twitter
Auteur Florence Écormier-Nocca, Charles Louis-Sidois
Mir@bel Revue Revue Française de Science Politique
Numéro vol. 69, no 3, juin 2019
Rubrique / Thématique
Note de recherche
Page 481-500
Annexes Graphiques, Tableaux
Mots-clés (matière)campagne électorale comportement politique député dissident parti politique réseau social vie politique
Mots-clés (géographie)France
Résumé Cette note de recherche s'intéresse à l'individualisation des députés français, que nous définissons comme la mobilisation par les parlementaires d'un positionnement dissident et singulier au détriment des ressources fournies par leur parti. Nous appréhendons cette individualisation à travers la discipline de vote à l'Assemblée nationale durant la XIVe législature et les positionnements idéologiques des députés-candidats sur Twitter durant la campagne électorale de 2017. À l'inverse de la littérature récente, nous montrons que l'individualisation reste limitée, la dissidence pouvant s'expliquer par des logiques collectives de recomposition des partis, qui demeurent les facteurs structurants dans l'explication des positionnements des députés.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais FRONDE 2.0. FRENCH LEGISLATORS ON TWITTER. In this research note, we investigate the recent increase in individualism amongst French elected legislators, which we define as the mobilization, by parliamentarians, of personal political capital and their embracing of dissident stances, even when this runs afoul of the party line. We examine the rise of parliamentary individuation through the use of voting records from the 14th French legislature with a view to assessing party discipline. Moreover, we investigate the ideological positions of legislators by looking at the tweets they published on Twitter during the 2017 political campaign. Contrary to what recent studies have argued, we find that the individuation of legislators remains minimal and that most forms of dissidence can be interpreted as the consequence of shifting party lines. We therefore conclude that despite shifting partisan allegiances, most French legislators continue to espouse the positions of their party.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=RFSP_693_0481 (accès réservé)