Sign@l - Sexualités Transactionnelles et backlash en Martinique

Contenu de l'article

Titre

Sexualités Transactionnelles et backlash en Martinique

Auteur Mylenn Zobda Zebina, Myriam Thirot, Sylvie Merle
Mir@bel Revue L'Ordinaire des Amériques
Numéro no 224, 2019 Résister aux normes et se confronter au backlash : genre et sexualité dans les Amériques
Rubrique/Thématique
Résister aux normes et se confronter au backlash : genre et sexualité dans les Amériques
Résumé Les sexualités transactionelles (ST) recouvrent un ensemble de conduites sexuelles qui donnent lieu à des avantages matériels et/ou financiers attendus explicitement ou implicitement d'un-e partenaire/client-e. Des conduites qui relèvent de la prostitution au sens strict (sexualité « extraordinaire ») aux échanges économico-sexuels avec un partenaire « ressource » (sexualité « ordinaire »). L'étude des ST en Martinique a permis d'explorer ces conduites sexuelles, dont seule la prostitution exercée par les femmes d'origine étrangères avait été jusqu'alors étudiée. Les ST des femmes étrangères mais aussi martiniquaises, des hommes homosexuels, hétérosexuels et des transsexuelles révèlent l'existence de conduites sexuelles protéiformes, dont certaines donnent lieu à une stigmatisation et à un backlash, tandis que d'autres semblent acceptées socialement. Quelles sont alors les ST qui font l'objet d'un backlash ? Par quels canaux ce dernier s'exerce-t-il ? Quelles stratégies sont adoptées par les individus stigmatisés ou stigmatisables pour y faire face ? Ces questionnements nourrissent une réflexion plus générale sur les normes de genre qui régissent les comportements sexués en matière de sexualité en Martinique : est-on en présence d'un modèle qui conteste le double standard sexuel qui définit les rôles sociaux de sexe (le genre et les rapports sociaux qu'il implique) ou qui le reconduit, en s'appuyant sur le backlash comme police de genre ?
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Résumé anglais Transactional sexualities (TS) include a variety of sexual practices that lead to material and/or financial advantages that are explicitly or implicitly expected from partners/clients. These range from prostitution in the strict sense (“extraordinary” sexuality) to sexual-economic exchanges with a “resourceful” partner (“ordinary” sexuality). While previous research has focused exclusively on prostitution as practiced by foreign women in Martinique, this study explores TS sexual practices more broadly. The TS of both foreign and local women in Martinique, homosexual men, heterosexuals, and transwomen reveal sexual behaviors that take many forms, including several that incite stigmatization and backlash, while others appear more socially accepted. Which practices face the most resistance? How is that resistance expressed? What strategies do stigmatized or potentially stigmatized people deploy to combat it? These questions contribute to broader reflections on the role of gender in defining sexuality in Martinique. Is this a situation in which the sexual double standard defined by social sexual roles (gender and the social relation it implies) is contested or is this a situation in which it is reinforced through backlash and gender policing?
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Article en ligne http://journals.openedition.org/orda/4789