Sign@l - Des murs pour seule réponse

Contenu de l'article

Titre

Des murs pour seule réponse

Auteur Jacinthe Mazzocchetti
Mir@bel Revue Recherches Sociologiques et Anthropologiques
Numéro vol. 49, no 2, 2018 Rationalité néolibérale à l'œuvre : approches ethnographiques
Rubrique/Thématique
Dossier
Page 91-113
Résumé Cet article porte sur la criminalisation et l'enfermement croissants des jeunes des quartiers populaires et des primo-migrants, davantage encore de ceux qui se refusent à la résignation face à leur position de “laissés pour compte”. Il repose sur une pratique de terrain d'une vingtaine d'année et de multiples ethnographies de séjours situées principalement au Burkina Faso, en Belgique et à Malte. Le texte est subdivisé en trois parties. La première, davantage contextuelle, donne quelques éléments clefs qui permettent de documenter l'enferme­ment des précaires. La deuxième met l'accent sur les effets des processus de criminalisation et d'enfermement pour les principaux intéressés, mais aussi à l'échelle sociétale. La troisième partie, en conclusion du propos, interroge les tensions et les accointances entre logiques néolibérales et sécuritaires. Elle propose ainsi une relecture des actes condamnés des jeunes précarisés et des primo-migrants sous l'angle conjoint de l'adhésion au projet néolibéral et de la résistance aux mises au ban qui sont inhérentes à son fonctionnement inégalitaire.
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Résumé anglais This article deals with the increasing criminalisation and confinement of youth from poorer districts and primary migrants, carried out that much more often for those who refuse to resign themselves to their position as having “fallen through the cracks”. It is based on some twenty years of field work and multiple ethnographies stemming from stays – mainly in Burkina Faso, Belgium and Malta. The text is subdivided into three parts. The first, more contextual, provides some key elements allowing us to document the confinement of the poor. The second stresses the effects of the processes of criminalization and confinement for those primarily concerned, but also on a societal scale. In concluding the work, the third part questions the tensions and connivances between neo-liberal and security logics. It thus proposes taking another look at the acts young people at risk and primary migrants were convicted of from the joint angle of belonging to a neo-liberal project and resistance to the ostracizations inherent in its inegalitarian functioning.
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Article en ligne http://journals.openedition.org/rsa/2945