Sign@l - « Le sandinisme appartient au passé »

Contenu de l'article

Titre

« Le sandinisme appartient au passé »

Auteur Delphine Lacombe, Madelaine Caracas
Mir@bel Revue Problèmes d'Amérique Latine
Numéro no 112, printemps 2019 Nicaragua : une crise révolutionnaire
Rubrique/Thématique
Dossier. Nicaragua : une crise révolutionnaire
Page 47-62
Annexes Entretien
Mots-clés (matière)contestation idéologie manifestation opposition au régime parti politique pouvoir politique régime politique répression révolution situation politique société civile violence
Mots-clés (géographie)Nicaragua
Résumé Dans cet entretien avec Delphine Lacombe, Madelaine Caracas, co-fondatrice et porte-parole de la Coordination universitaire pour la démocratie et la justice, opposante politique à la dictature nicaraguayenne actuelle, revient sur sa participation aux événements d'avril et mai 2018 qui ont marqué la contestation du pouvoir incarné par la présidence du couple Daniel Ortega – Rosario Murillo. Elle évoque les premières manifestations contre l'inaction gouvernementale pour éteindre l'incendie qui a ravagé la réserve forestière Indio Maíz. Elle revient sur les mobilisations contre la réforme de l'Institut de sécurité sociale, qui fortement réprimées, ont entraîné le basculement du pays dans la crise. Elle relate sa participation au « dialogue national » entre la société civile et le pouvoir, organisé sous l'égide de la conférence épiscopale. Elle revient enfin sur ce que représente à ses yeux le sandinisme aujourd'hui et sur la capacité de « l'Unité nationale bleue et blanche » à incarner à présent une alternative politique.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais “The sandinism belongs to the past”. Interview with Madelaine Caracas
In this interview with Delphine Lacombe, Madelaine Caracas, co-founder and spokesperson for the University Coordination for Democracy and Justice, political opponent of the current Nicaraguan dictatorship, talks about her participation in the events of April and May 2018 which marked the contestation of power embodied by the presidency of the couple Daniel Ortega – Rosario Murillo. It evokes the first demonstrations against government inaction to extinguish the fire that ravaged the Indio Maiz forest reserve. She returns to the mobilisations against the reform of the Social Security Institute, which heavily repressed, have led to the country's tipping into crisis. She relates her participation in the “national dialogue” between civil society and power, organized under the auspices of the Episcopal Conference. Finally, she returns to what Sandinism is today and the capacity of “National Blue and White Unity” to embody a political alternative.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=PAL_112_0047 (accès réservé)