Sign@l - Comment Managua fut vers 1979 le lieu d'un événement linguistique révolutionnaire

Contenu de l'article

Titre

Comment Managua fut vers 1979 le lieu d'un événement linguistique révolutionnaire

Auteur Sacha Bourgeois-Gironde
Mir@bel Revue Problèmes d'Amérique Latine
Numéro no 112, printemps 2019 Nicaragua : une crise révolutionnaire
Rubrique/Thématique
Varia
Page 101-114
Mots-clés (anthropo)Chomsky (Noam)
Mots-clés (matière)école éducation handicapé langage langue
Mots-clés (géographie)Nicaragua
Résumé La révolution sandiniste en 1979 a coïncidé avec la structuration de la communauté sourde nicaraguayenne, jusque-là composée d'individus isolés, sans moyen d'expression et de communication collectif. Du fait du regroupement de ces personnes sourdes, à cette époque, dans deux écoles de Managua, une langue des signes autonome, hors des cadres prévus par les planificateurs linguistiques, a vu le jour. Elle n'emprunte ni à un espagnol signé ni à une langue des signes internationale. La seule réunion des sourds nicaraguayens a fait émerger une langue originale, unique dans l'histoire des langues des signes, l'Idioma de Señas de Nicaragua (ISN), qui est le fruit d'une fusion horizontale de protolangages privés d'individus finalement mis en contact. Les linguistes du MIT, eux-mêmes alors en pleine effervescence révolutionnaire à la suite des publications de Chomsky, s'emparent du cas nicaraguayen comme un phénomène unique d'apparition d'une langue afin de discuter d'hypothèses fondamentales sur la nature du langage. Nous rapportons ici les débats principaux qui continuent à animer la linguistique jusqu'à ce jour.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais How Managua was around 1979 the place of a linguistic revolutionnary event
The Nicaraguan Revolution in 1979 was concomitant with the structuration of the deaf community in Nicaragua. Until that date deaf people lived in isolation all over the country and lacked any common mean of expression and communication. After they were enrolled in two main schools in Managua, an autonomous sign language emerged, outside of the framework imagined by the linguistic planners. That sign language (afterwards called the Idioma de Señas de Nicaragua, ISN) does not consist in a form of signed Spanish and does not borrow either to any international sign language. It is the result of a horizontal fusion of idiosyncratic protolanguages when their speakers are finally reunited. This phenomenon was unique in the history of sign languages and has quickly intrigued the linguists at MIT, who were themselves a period of revolutionary ebullition, after the publication of Chomsky's work on the nature of language. They conceived of the emergence of ISN as a living test of their hypotheses. We report in this article some of the debates that continue to interest linguists till today.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=PAL_112_0101 (accès réservé)