Contenu de l'article

Titre Pourquoi faut-il, encore, plaider la cause de la décolonisation du droit au Sahel (et ailleurs) ?
Auteur Étienne Le Roy, Mathieu Boche
Mir@bel Revue Afrique Contemporaine
Numéro no 271-272, 2020/1-2 (In)dépendances
Rubrique / Thématique
Dossier
Page 41-63
Annexes Tableaux
Mots-clés (géographie)Afrique Sahel
Mots-clés (matière)décolonisation droit Etat éthique norme responsabilité théorie de l'Etat
Résumé Étienne Le Roy nous a quittés le 28 février 2020, dans sa 80e année. En décembre 2019, au détour de l'un de nos échanges réguliers, je lui avais proposé de participer à la préparation de ce numéro sur les (in)dépendances africaines, dont il avait apprécié « l'insolence de l'intitulé ». Il m'a fait l'amitié d'accepter cette proposition, et nous avions convenu de l'intérêt de centrer ce texte sur le besoin de décolonisation juridique des États africains francophones. Fidèle à sa volonté de transmission et de partage, Étienne a poursuivi ses travaux d'écriture dans les derniers mois de sa vie avec plusieurs ouvrages complémentaires. Il a notamment confié en héritage au comité technique « Foncier et développement » un texte sur son cheminement intellectuel sur les questions foncières (Le Roy, 2019b). À la suite de ce témoignage sur six décennies de recherche et d'engagement, il a souhaité ici livrer une autre contribution, sous forme de discours de la méthode, appelant à la production d'un droit authentiquement nouveau, fondé sur la reconnaissance des pluralismes juridiques et institutionnels.Comme le disait Étienne, « derrière le prétendu droit coutumier, il y a un univers juridique qui émerge avec “le faire, les actes posés et les comportements ritualisés”, une juridicité relevant d'une logique à l'état pratique totalement ignorée des juristes ». C'est sur la base de l'observation de ces pratiques qu'il propose une démarche de médiation pour accompagner de nouvelles formes de production normative. Ce texte constitue l'un des derniers témoignages académiques d'Étienne Le Roy. Il raisonne comme une invitation à l'introspection et au questionnement pour amorcer une démarche de décolonisation juridique fondée sur les pratiques normatives endogènes. Telle une boussole, ces principes pourront aider celles et ceux qui souhaitent se lancer dans ce voyage fondateur. Merci à Étienne et à sa famille de nous avoir fait l'honneur et l'amitié de nous confier cette part d'héritage et d'avoir accepté la publication de ce texte dans ce numéro d'Afrique contemporaine.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais Étienne Le Roy passed away on February 28, 2020, at the age of 79. In December 2019, in the course of one of our regular exchanges, I had suggested that he take part in preparing this issue on African (in)dependencies, the “insolence of whose title” he had appreciated. He was kind enough to accept, and we agreed on the value of having this text focus on the need for the decolonization of the law in French-speaking African states. True to his desire to transmit and share, Étienne continued writing in the last months of his life, producing a number of further pieces. One of his legacies to the Land Tenure and Development Technical Committee was a text on his intellectual journey on land issues (Le Roy 2019b). Following this account of six decades of research and commitment, he was keen to make another contribution here, in the form of a discourse on method, calling for the production of a genuinely new law, based on the recognition of legal and institutional pluralisms.As Etienne put it, “Behind the so-called customary law, there is a legal universe that emerges with ‘doing, acts that are performed, and ritualized behaviors,' a juridicality that comes from a logic of everyday practice that is totally unknown to jurists.” Based on his observation of these practices, he suggests a mediating approach that can accompany new forms of normative production. This text is Étienne Le Roy's last academic testament. It is an invitation to engage in introspection and close examination in order to initiate a process of legal decolonization based on endogenous normative practices. Like a compass, these principles can serve as a guide for those who wish to embark on this founding journey. We express our sincere thanks to Etienne and his family for the kind honor of entrusting us with this part of his legacy and for having authorized the publication of this text, in this issue of Afrique contemporaine.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=AFCO_271_0041 (accès réservé)