Contenu de l'article

Titre Les représentations de l'épidémie de Covid-19 à l'épreuve des différences sociales et du temps
Auteur Marion Maudet, Alexis Spire
Mir@bel Revue Revue Française de Sociologie
Numéro vol. 62, no 3-4 juillet-décembre 2022 La RFS fête ses 60 ans !
Rubrique / Thématique
Varia
Page 413-450
Annexes Graphiques, Tableaux
Mots-clés (matière)conditions de vie crise dépenses publiques enquête épidémie hôpital méthodologie politique publique santé service public situation sociale société - questions sociales
Mots-clés (géographie)France
Résumé Les termes choisis pour évoquer l'épidémie de Covid-19 révèlent plusieurs types de rapport à cet évènement inscrit dans la durée : les représentations changent selon le genre, l'âge, le diplôme, la catégorie socioprofessionnelle, et selon la position dans la sphère domestique et la confrontation directe à la maladie. À partir de l'exploitation statistique de réponses à une question ouverte posée lors de deux passations d'une enquête portant sur le coronavirus entre avril et juin 2020, sur un même panel, nous mettons en lumière deux rapports très différents à l'épidémie : une relation personnelle qui se rencontre davantage chez les femmes et consiste à appréhender les effets de la maladie à l'échelle de l'espace domestique ou de sa santé individuelle, et une relation politique, plus masculine, qui se situe à une échelle plus globale. Alors que la relation personnelle reste relativement stable, la relation politique est plus fluctuante, et fait l'objet de reformulations successives.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais The terms people choose when speaking of the Covid-19 epidemic reveal several types of attitudes toward this long-lasting event. Representations vary by gender, age, educational level, socio-occupational category, position occupied in the home sphere, and whether or not the speaker has had direct experience of the disease. In a statistical study of responses to an open question asked of a single panel in two waves of a coronavirus survey conducted from April to June 2020, we found two sharply different attitudes to the epidemic: a personal attitude, more commonly found among women, where respondents apprehend the effects of the disease at the scale of the home or their own health; and a political attitude, more common among men, that references a more global scale. Whereas the personal attitude remains relatively stable over time, the political view of the problem fluctuates and responses are more likely to be reformulated.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=RFS_623_0413 (accès réservé)