Sign@l - La microfinance, outil de gestion du risque ou de mise en danger par sur-endettement ? Le cas de l'Inde du Sud

Contenu de l'article

Titre

La microfinance, outil de gestion du risque ou de mise en danger par sur-endettement ? Le cas de l'Inde du Sud

Auteur Marc Roesch, Ophelie Helies
Mir@bel Revue Autrepart
Numéro no 44, 2007 Risques et microfinance
Rubrique/Thématique
Risques et microfinance
Page 119
Résumé La microfinance indienne s'est donnée pour objectif de favoriser l'accès des pauvres au système bancaire pour leur permettre d'investir et de devenir entrepreneurs mais aussi de les sortir « des griffes des usuriers ». En fait la microfinance vient s'insérer dans un marché financier informel déjà très actif, et elle interagit avec lui. L'étude présente une analyse de la façon dont les ménages intègrent et combinent les services financiers du secteur formel et informel, comment ils choisissent leur créancier en fonction de la nature de la dépense à couvrir et du montant nécessaire. Les crédits du système formel ne viennent pas se substituer aux crédits existants, mais ils sont une opportunité de crédit de plus et, de ce fait, ils accroissent le volume de crédits disponibles. Mais en augmentant l'offre ils facilitent le « jonglage » entre les différentes sources, et des pratiques de « cavalerie financière ». Ils deviennent un risque pour ses utilisateurs à travers le surendettement.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais Microfinance : a tool for risk management or a factor that creates danger from debt overburden ? The case of southern India Indian microfinance set itself the objective of favouring access of the poor to a banking system to enable them to invest and become entrepreneurs, but also to extricate themselves from “the grip of moneylenders”. In fact microfinance slots into an already highly active informal financial market, and it interacts with it. The study examines the way in which households integrate and combine the financial services of the formal and informal sectors, how they choose their creditor according to the nature of the expenditure they need to cover and of the amount necessary. The loans from the formal system do not replace existing ones, but they are an additional opportunity for obtaining credit and consequently they increase the volume of loans available. However, by increasing the supply they facilitate the process of “juggling” between the different sources, and fraudulent financial practices. They become a risk for their users by contributing to the accumulation of excessive debt burden.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=AUTR_044_0119