Sign@l - Les secrets maçonniques

Contenu de l'article

Titre

Les secrets maçonniques

Auteur Bauer Alain
Mir@bel Revue Pouvoirs
Numéro no 97, 2001/2 Transparence et secret
Page 91-97
Mots-clés (matière)communauté histoire organisation professionnelle secret tradition
Mots-clés (géographie)France
Résumé Les maçons prêtent serment en promettant d'observer strictement le « secret maçonnique », pourtant absent du texte fondateur, les « Constitutions d'Anderson » de 1723.D'une sorte de mot de passe, de diplôme oral pour les anciennes confréries de métier le secret est devenu, pour la maçonnerie spéculative du XVIIIe, un ensemble de symboles et de rituels – souvent décrits, voire publiés. Discipline visant à déterminer les qualités du postulant, règle assurant discrétion et solidarité (parfois dévoyée), il crée aussi une mise en condition, par une certaine théâtralité, au moment de la demande puis lors de l'initiation. Ainsi, le secret maçonnique est un concept multiple, évolutif, difficile à cerner, et souvent incompris par ceux-là mêmes qui en défendent le principe. Mais il est librement accepté par des hommes et des femmes qui savent que leur obligation est d'abord un contrat avec eux-mêmes.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais Masons take an oath promising to keep the « Masonic Secret » strictly, although such a secret is not mentioned in their founding document, the Anderson Constition of 1723.Originally a sort of code word, of oral degree for the ancient professional guilds, secrecy became a system of symbols and rituals for the speculative masonry of the 18th century, which was often described and even published. It has become a discipline aiming to determine the qualities of the applicant, a rule (not always respected) ensuring discretion and solidarity. Through its theatrical procedure, it also creates a certain conditioning of the new member at the time of application and of initiation. Thus the Masonic Secret is a multiple and changing concept, difficult to define, and it is often misunderstood by the very people who defend it as a principle. But it is freely accepted by men and women who know that this obligation is first and foremost a self imposed contract.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=POUV_097_0091