Sign@l - CEI. Tendances migratoires de la décennie 1990

Contenu de l'article

Titre

CEI. Tendances migratoires de la décennie 1990

Auteur Zaïontchkovskaïa Janna
Mir@bel Revue Le Courrier des Pays de l'Est
Numéro no 1035, mai 2003 Populations et migrations
Page 4-14
Annexes Graphiques, Tableaux
Mots-clés (organismes)Communauté des Etats indépendants - C.E.I.
Mots-clés (matière)émigration exil immigration migration travailleur étranger
Mots-clés (géographie)Russie
Résumé En dépit d'obstacles bureaucratiques variés, l'espace de l'ex-URSS demeure commun et libre, en l'absence de visas. Après la suppression de jure du permis de résidence (propiska) de l'époque soviétique, chaque pays a mis en place son propre système d'enregistrement, parfois défaillant, ou tatillon dans le cas de la Russie. La population de l'URSS était très mobile. Si dans la période 1990-1992, les flux migratoires se sont à peu près maintenus au niveau antérieur, par suite du «divorce» de l'armée et de l'arrivée des réfugiés consécutive aux conflits armés, ils ont ensuite considérablement chuté, en raison de la dépression économique (moins d'emplois), mais aussi du flou des systèmes politiques et sociaux. Les difficultés sont, en particulier, très grandes pour les jeunes désireux de faire leurs études dans un autre pays que le leur. Autre effet négatif, le facteur ethnique joue désormais un rôle déterminant dans les migrations, avec des déplacements forcés de population. Les travailleurs migrants constituent le gros des flux migratoires, en raison des difficultés à obtenir un permis de séjour permanent ; contrairement aux idées reçues, la plupart d'entre eux sont dans une situation légale et leur apport est très positif tant pour le pays d'accueil, principalement la Russie, que pour leur pays d'origine. Quant à l'émigration vers les pays extérieurs à la CEI, elle est modeste, concernant environ 200 000 personnes par an selon les estimations, ce qui contredit les craintes émises par les pays occidentaux lors de l'ouverture des frontières.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais CIS Migration Trends of the 1990s Decade Despite various bureaucratic obstacles, the countries of the ex-USSR remain open and free with no visa requirements. After the suppression of Soviet era de jure residence permits (propiska), each country set up its own often dysfunctional or, in the case of Russia, overly demanding registration system. The USSR's population was extremely mobile. Although migration remained at previous levels between 1990-1992, following on the “divorce” within the army and the arrival of refuges from armed conflicts, it fell dramatically with the economic depression (fewer jobs) as well as with the uncertainties within the political and economic system. In particular, young people who wish to study in other countries face substantial difficulties. Another negative aspect is the ethnic factor which now plays a decisive role in migration with forced population displacements. A large part of migrants are workers because of the difficulties in obtaining permanent residence. Contrary to what it believed, most are in the country legally and they make a greater contribution to their host country, principally Russia, than they do at home. There is not much emigration to non-CIS countries, some 200,000 persons by year according to estimates, which contradicts the concern put forward by the West when the borders were open.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=CPE_035_0004