Sign@l - Invention et rémanence d'une crise : leçons d'Amérique centrale

Contenu de l'article

Titre

Invention et rémanence d'une crise : leçons d'Amérique centrale

Auteur Olivier Dabene
Mir@bel Revue Revue Française de Science Politique
Numéro 42e année, n°4, 1992
Rubrique/Thématique
Articles
Page 555-581
Mots-clés (géographie)Amérique centrale Nicaragua
Mots-clés (matière)crise histoire relations internationales science politique vie politique
Résumé Toute crise politique donne lieu à une compétition pour l'imposition d'une lecture des événements. De cette production de sens dépendent en partie le déroulement et le dénouement de la crise. En Amérique centrale, l'invention d'une crise régionale pendant les années 1980 a eu pour objectif de masquer les origines internes des troubles et de faire porter au Nicaragua sandiniste l'entière responsabilité des dérèglements. Mais l'analyse du travail diplomatique réalisé par les Présidents régulièrement réunis en sommet depuis 1986 permet d'élaborer une lecture de la crise et d'une issue. Par ailleurs, le traitement collectif d'une crise suppose la mise en place de mécanismes de régulation qui ne disparaissent pas une fois la crise résolue. Cette rémanence se manifeste sous la forme d'un processus d'intégration régionale. L'analyse des rapports entre un type d'intégration et un type de crise qu'elle engendre est réalisée à partir d'une comparaison entre les années 1950 et 1980 en Amérique centrale.
Source : Éditeur (via Persée)
Résumé anglais Invention and persistence of a crisis: Lessons of central America All political crises give rise to a competition for the imposition of a reading of events. This production of meaning is partially dependent on the stages and the outcome of the crisis. The invention of a regional crisis in Central America during the 1980s was meant to hide the domestic origins of the unrest and to blame only Sandinista Nicaragua for the disorders. But an analysis of the diplomatie work carried out by the Presidents who held regular summit meetings since 1986 makes it possible to construct a reading of the crisis and its outcome. The collective treatment of a crisis supposes the implementation of regulation mechanisms which do not disappear once the crisis is over. This persistence can be seen in the process of regional integration. The analysis of the relations between a type of integration and the type of crisis that it engenders is carried on the basis of a comparison between the 1950s and the 1980s in Central America.
Source : Éditeur (via Persée)
Article en ligne http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsp_0035-2950_1992_num_42_4_404324