Contenu de l'article

Titre Les trois Europes - Populations et comportements macro-économiques
Auteur Monique Fouet
Mir@bel Revue Revue de l'OFCE (Observations et diagnostics économiques)
Numéro No 43, 1993
Page 21-67
Mots-clés (matière)accords de Maastricht démographie développement économique macroéconomie
Mots-clés (géographie)Europe
Résumé Les critères de convergence définis dans le Traité de Maastricht s'appliquent à des grandeurs macro-économiques : le rythme de hausse des prix, le déficit budgétaire et la dette publique, le niveau des taux d'intérêt à long terme, les fluctuations des taux de change. Or ces grandeurs ne sont pas des données à qui l'on puisse assigner des normes atemporelles et universelles : elles traduisent un certain mode de fonctionnement économique, politique et social. Vouloir leur donner le même niveau dans tous les pays qui souhaitent faire monnaie commune d'ici la fin de la décennie, c'est faire l'hypothèse que ces pays auront à ce moment-là grosso modo le même niveau de développement économique, mais aussi le même type d'organisation économique et sociale. Implicitement, ces critères signifient que certains membres de la Communauté Européenne ne pourront pas adhérer à l'UEM en 1 997 ni même en 1999. En effet il est impossible qu'ils se soient d'ici là identifiés aux pays vertueux idéalisés dans le Traité de Maastricht, cette vertu ayant pour fondement la richesse ; c'est notamment le cas du Portugal et de la Grèce, et de manière moins prononcée de l'Espagne. D'autres membres ont le niveau requis de développement, mais non le mode de fonctionnement exigé : c'est le cas de l'Italie, qui devrait faire de telles prouesses budgétaires que le prix en serait une longue et profonde récession. En revanche certains pays non membres de la Communauté qui souhaitent adhérer à terme à celle-ci et à l'UEM pourraient satisfaire aux critères de convergence soit avec facilité (la Suisse et dans une moindre mesure [Autriche), jsoit en remettant en cause leur fonctionnement socio-économique : c'est le cas des pays Scandinaves. Le présent article s 'attache à l'un des fondements situés le plus en amont des comportements macro-économiques des agents privés et publics : la population qui fait preuve de tels comportements. Le champ couvert est l'Europe occidentale, que les pays appartiennent (pour 12 d'entre eux) ou non (6) à la CE au moment où cet article est rédigé, c'est-à-dire l'automne 1 992. Ce n 'est du reste pas entre ces deux groupes que les clivages sont les plus marqués. La typologie qui se dégage des différents indicateurs observés (démographie, degré d'emploi, niveau de vie...) fait assez clairement apparaître trois zones géographiques. Chacune d'entre elles se compose d'un noyau dur de pays aux caractéristiques voisines, et de pays qui leur sont périphériques. Les données chiffrées sont analysées jusqu'à la fin de l'année 1989 pour deux raisons. La première est qu'à cette date l'Allemagne était encore l'Allemagne de l'Ouest. La seconde est qu'il s'agissait presque partout d'un sommet de cycle conjoncturel, ce qui autorise la comparaison à la fois dans l'espace et dans le temps avec l'année 1973. On ne s'interdit pas pour autant de commenter les résultats à la lumière des événements plus récents.
Résumé anglais Three different Europes: population and macro-economic behaviour The convergence criteria that were defined in the Maastricht Treaty apply to macro-economic data. But these data depend upon political, social and economic specificities: they can hardly be described as a unique goal, regardless of time and space. Demanding that they reach the same magnitude in all thejx>untries that want to partake in the single currency in a few years time assumes that all these countries will by then have adopted a single social and economic frame. Implicitely, this means that some countries will not be able to join EMU in 1 997 nor in 1999. It is impossible for them to identify at such an early period with the virtuous behaviour of those other countries whose virtue is based upon wealth. This is obviously the case for Greece and Portugal, possibly for Spain. Other countries such as Italy have already reached the necessary level of development, but on quite different social and economic structures. Symetrically , some countries that are not members of the the EC could abide by the Maastricht criteria either easily (Austria) or with some structural changes (Sweden). The present article deals with one of the roots of macro-economic behaviour: the population that behaves in a specific way. Indicators describing demography, rates of employment, living standards and so on clearly point to three different zones in Europe: north, south, and the DM zone as it was before the Berlin Wall fell. The Maastricht criteria somehow set as a goal the macro-economic behaviour of that DM zone, which has since started to experience enormous changes.
Article en ligne http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ofce_0751-6614_1993_num_43_1_1298