Sign@l - Imidugudu et aide humanitaire : l'influence incertaine des ONGau Rwanda après la guerre

Contenu de l'article

Titre

Imidugudu et aide humanitaire : l'influence incertaine des ONGau Rwanda après la guerre

Auteur Emery Brusset
Mir@bel Revue Autrepart
Numéro no 26, 2003 Sociétés dans la guerre
Rubrique/Thématique
Sociétés dans la guerre
Page 107
Résumé L'impact social des organismes d'aide humanitaire dans une situation de sortie de crise est de renforcer, d'accélérer, de distancer. Au Rwanda, entre 1995 et 1999, cela s'est traduit par une insertion dans les structures et les clivages du pays, en les perpétuant, et sans les affecter de façon fondamentale. Les structures de concertation et de copilotage se sont surtout constituées en opposition à la pratique des collines et sont restées éphémères. Les clivages sociaux ont été prolongés, plus que changés, car les structures de distribution du pouvoir n'ont pas été remises en cause. À partir d'une politique nationale de villagisation assez artificielle, faisant coïncider humanitarisme et développement, les ONG ont promu des projets qui n'ont ni pu en atténuer les possibles effets nocifs (violations des libertés, perte de viabilité économique), ni pu en assurer le succès à long terme.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais Once a crisis is over, the social impact of humanitarian aid agencies tends to encourage reinforcement, acceleration and distance. Between 1995 and 1999, the presence of NGOs influenced, and even exacerbated, problems and divisions in Rwandan political structures without achieving any real improvements. In particular, procedures for consultation and for joint leadership of the nation were established without reference to prior practices in the hill country and have had little impact. The social fissures have endured, rather than evolved, because the existing power structures have not been called into question. In line with the national policy of villagisation, which combines humanitarian principles and development priorities, NGOs have promoted projects which were unable to attenuate potential negative effects (violation of human rights, loss of economic feasibility), nor guarantee long term success.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=AUTR_026_0107