Sign@l - Dette de paix, parole de guerre en Mélanésie (Maré, îles Loyauté, Nouvelle-Calédonie)

Contenu de l'article

Titre

Dette de paix, parole de guerre en Mélanésie (Maré, îles Loyauté, Nouvelle-Calédonie)

Auteur Charles Illouz
Mir@bel Revue Autrepart
Numéro no 26, 2003 Sociétés dans la guerre
Rubrique/Thématique
Sociétés dans la guerre
Page 17
Résumé L'organisation sociale et territoriale des chefferies de Maré est historiquement établie sur des alliances militaires. L'île fut longtemps secouée par des guerres acharnées qui aboutirent au renversement des anciennes chefferies vers le début du XIXe siècle. Elles se poursuivirent dans le contexte colonial d'évangélisation jusqu'au tout début du XXe siècle. Les conditions sociales d'une telle inclination guerrière sont créées par la muette reconnaissance d'une dette qui unit, au cœur de la parenté, un cadet obligé à son aîné. La paix dure tant que la dette n'est pas contestée. « La tenue en respect » des cadets relève alors de magies meurtrières que des dignitaires, seuls qualifiés ce faisant pour prendre la parole, maîtrisent. La guerre donne alors l'occasion aux cadets valeureux et méprisant la mort d'accéder au statut de « grand guerrier ». Libérés de la foi inquiète qui réduit un cadet au silence, ils récusent la dette qui pèse sur eux, pour jouir à leur tour d'une parole souveraine.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais In Maré, social and territorial organisation of local chiefdoms is based on military alliances. After a long period of terrible wars, the ancient chiefdoms were overthrown at the beginning of the 19th century but war continued throughout the period of colonial evangelisation until the early 20th century. The social conditions generated by perpetual warmongering led to the emergence of a tacit debt which places the young men in a position of subservience to older men of the family. As long as the debt is not challenged, peace will be upheld. To ensure that the debt is respected by the next generation, the older men take advantage of their “right to speak” and have recourse to violent magic. War, however, offers the youths an opportunity not only to demonstrate their valour in the face of death but also to attain the status of “great warrior”. Freed from the fear which reduces them to silence, young men cancel the debt which cripples their lives and at last obtain the right to speak.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=AUTR_026_0017