Sign@l - Drogues et conflits : éléments pour une modélisation

Contenu de l'article

Titre

Drogues et conflits : éléments pour une modélisation

Auteur Alain Labrousse
Mir@bel Revue Autrepart
Numéro no 26, 2003 Sociétés dans la guerre
Rubrique/Thématique
Sociétés dans la guerre
Page 141
Résumé Les relations entre drogues et conflits ont leur racine dans l'histoire. Mais c'est durant la guerre froide qu'elles prennent une acuité particulière. Après la chute du mur de Berlin, elles se démocratisent et se retrouvent dans la plupart des conflits locaux, ce qui permet de les modéliser. La spécificité de ces relations repose sur des modalités propres au trafic de drogue, en particulier « l'escalade des profits » qui permet aux groupes armés de se greffer au niveau d'articulation des différentes étapes de la production, de la transformation des drogues ainsi qu'à celui du franchissements des différents obstacles sur les routes qui mènent des zones de production aux marchés de consommation. Les exemples de la guérilla colombienne et des talibans afghans ou d'autres suggèrent que lorsque des groupes qui se battent dans les zones de production utilisent l'alibi de la défense des producteurs pour s'insérer dans le système des drogues, ils interviennent en général au niveau du trafic au risque de se criminaliser. Risque auquel n'échappent pas non plus les forces de répression.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais The relationship between drugs and war is well established throughout history, but its importance became particularly significant during the Cold War. Since the fall of the Berlin Wall, drugs have become more popular and have increasingly influenced wars in localised areas. Because of this development, it is now possible to modelise this relationship. Its specificity arises from the modalities of drug trafficking, and in particular the “upward profit spiral” whereby armed groups become involved at every level of the drug industry cycle, whether at the drug refinement phase or by removing obstacles along drug supply routes between production areas and consumer markets. A study of conflicts involving Colombian guerrillas, the Afghan Taliban and other insurgents suggests that armed groups in production areas take advantage of their ability to defend drug producers to move into the drug distribution system and that they tend to become involved in drug trafficking rather than farming. In so doing, they run the risk of becoming as “mere” criminals, a fate they share with the forces of law and order.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=AUTR_026_0141