Sign@l - Autonomie indienne et éducation au Chiapas : les écoles des terres récupérées par les paysans mayas du Sud-Est mexicain

Contenu de l'article

Titre

Autonomie indienne et éducation au Chiapas : les écoles des terres récupérées par les paysans mayas du Sud-Est mexicain

Auteur Bruno Baronnet
Mir@bel Revue Autrepart
Numéro no 54, 2010 Education et conflits - Les enjeux de l'offre éducative en situation de crise
Rubrique/Thématique
Education et conflits - Les enjeux de l'offre éducative en situation de crise
Page 65
Résumé À la suite des offensives militaires de février 1995, la rébellion des paysans mayas au Chiapas (Mexique) a provoqué de nouvelles initiatives en matière d'éducation pour les Indiens. Les impacts de ces initiatives sont perceptibles au niveau régional, notamment au cœur des ex haciendas des vallées de la Forêt Lacandone, où les villages indiens zapatistes développent leurs propres systèmes éducatifs sans permettre que l'État ne puisse intervenir. À partir de l'analyse des politiques et des demandes ethniques, ainsi que des stratégies sociales des acteurs, il est possible d'identifier des logiques de participation individuelle et collective à la construction et la légitimation de réseaux municipaux autonomes d'écoles. Suite à la réoccupation paysanne des anciens latifundios, les pratiques éducatives des Indiens tseltales dans la région des terres récupérées se rapprochent du type de gestion administrative et pédagogique des écoles bilingues.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais Indigenous Autonomy and Education in Chiapas. The Schools of the Maya Peasants in Southeastern Mexico After the military offensive in February 1995, the rebellion of Mayan peasants in Chiapas (Mexico) has resulted in new initiatives in indigenous education. Their impacts are felt regionally, especially in the heart of the former haciendas in the valleys of the Lacandon Jungle, where Zapatista Indian communities are developing their own educational systems without allowing intervention by the State. Based on analysis of political and ethnic demands as well as social strategies of actors, it is possible to identify the logic of individual and collective participation in the construction and legitimization of autonomous municipal networks of rebel's schools. With the reoccupation by peasants of former latifundios, educational practices of the Tseltal Indians in the areas of recovered land tend to depend on the type of administrative and pedagogical management of the bilingual schools.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=AUTR_054_0065