Sign@l - Classes sociales, pauvreté et inégalités dans les années de l'alternance présidentielle

Contenu de l'article

Titre

Classes sociales, pauvreté et inégalités dans les années de l'alternance présidentielle

Auteur Patricio Solís, Gabriela Benza, Marie-France Prévôt-Schapira
Mir@bel Revue Problèmes d'Amérique Latine
Numéro no 89, été 2013 Mexique 2000-2012, limites et impasses de la transition démocratique
Rubrique/Thématique
Dossier : Mexique 2000-2012, limites et impasses de la transition démocratique
Page 33-53
Annexes Graphiques, Tableaux
Mots-clés (matière)classe sociale inégalité des revenus marché du travail niveau de vie pauvreté politique sociale revenu sociologie du travail
Mots-clés (géographie)Mexique
Résumé Malgré l'institutionnalisation croissante des politiques sociales sous la présidence du PAN (2000-2012), la pauvreté a conservé ses niveaux antérieurs et les inégalités de revenus ne se sont réduites que marginalement. Comprendre ces contradictions revient à identifier les composantes structurelles de la pauvreté et des inégalités qui n'ont pu être modifiées pendant cette période. Nous analyserons plus particulièrement l'une de ces composantes, la structure de classes, au sens d'un ensemble de positions hiérarchiques occupées au sein du marché du travail. Or cette structure est restée inchangée tout au long de l'alternance, démontrant qu'il existait des freins puissants à la mobilité ascendante. En même temps, si les inégalités se sont effectivement réduites entre 2000 et 2006, débouchant sur une légère amélioration du niveau de vie des classes laborieuses et rurales, la chute des inégalités qui suivit, entre 2006 et 2012, a été contrebalancée par un appauvrissement des classes moyennes et un manque de perspectives d'amélioration pour les classes laborieuses et rurales. Pour autant on ne saurait interpréter ces phénomènes comme un signe de progrès social.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais Social classes, poverty and inequality in the years of presidential alternation
Despite the growing institutionalization of social policy during the years of political alternation (2000-2012), poverty rates remain unchanged an income inequality was only marginally reduced. Understanding this apparent contradiction requires identifying some structural components of poverty and inequality that suffered little change during this period. In this article we review one of these components, namely the class structure, understanding it as a set of hierarchical positions in the labor market. The composition of the class structure remained stalled during this period, creating structural barriers for upward social mobility. At the same time, while in the period 2000-2006 inequality decreased with moderate improvements in wellbeing for those in the working and rural classes, in 2006-2012 the reduction of income inequality took place in a context of impoverishment of middle classes and lack of improvements for the working and rural classes. Thus, the decrease in income inequality between 2006 and 2012 cannot be interpreted as a sign of social progress.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=PAL_089_0033 (accès réservé)