Sign@l - « Ma vie est un ouvrage à l'aiguille »

Contenu de l'article

Titre

« Ma vie est un ouvrage à l'aiguille »

Auteur Anna Iuso
Mir@bel Revue Clio : Histoires, femmes et société
Numéro no 35, 2012 Écrire au quotidien
Rubrique/Thématique
Écrire au quotidien
Page 89-106
Résumé La couture et la broderie sont deux activités qui ont marqué, pendant des siècles, la présence féminine à l'intérieur de la famille. Parfois geste technique et nécessaire, parfois moment de formation et/ou d'évasion, la broderie a d'ailleurs constitué l'un des savoir-faire nécessaires pour la jeune fille bourgeoise vouée au mariage, nécessitant, pour l'affirmation de sa présence sociale, un trousseau. Par ailleurs, pendant ces derniers siècles, les femmes se sont emparées de l'écriture pour en faire à la fois un moment de réflexion, de gestion, de mémoire de soi et de la famille : en quoi ces pratiques se ressemblent-elles ? En quoi la solitude, le repli sur soi, le silence, la lenteur, la précision du geste, le marquage (du papier, du tissu) deviennent, tout le long du XIXe siècle, les éléments communs de savoir-faire qui contribuent de façon analogue à forger, dans l'espace et dans le temps, l'identité individuelle féminine et son insertion sociale ? En quoi l'écriture de soi a accompagné, puis remplacé, le travail de l'aiguille ?
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Résumé anglais Sewing and embroidery have long been women's activities within families. Combining technical gestures, training and at times evasion embroidery was considered a necessary skill for young girls in bourgeois families who needed a trousseau for their marriage. Similarly, women used writing to reflect, to manage affaires and to consign personal and familial memories. The article explores the similarity of these practices, focusing on the way solitude, silence, the precision of gestures and the marking of paper or cloth became during the 19th century features that allowed an individual feminine identity to develop and acquire social status. To what extent did private writing gradually replace needlework?
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Article en ligne http://clio.revues.org/10515