Sign@l - Gouvernance et sociologie de l'action organisée. Action publique, coordination et théorie de l'État

Contenu de l'article

Titre

Gouvernance et sociologie de l'action organisée. Action publique, coordination et théorie de l'État

Auteur Gilles Pinson
Mir@bel Revue L'Année sociologique
Numéro Vol. 65, no 2, 2015 Les Figures de la coordination (1)
Rubrique/Thématique
Études réunies et présentées par Patrice Duran et Emmanuel Lazega
Page 483-516
Résumé Cet article défend l'idée d'une forte filiation entre les travaux de sociologie de l'action organisée et les travaux sur la gouvernance. Ces deux approches qui ont largement marqué l'analyse des politiques publiques, notamment en France, ont en commun d'avoir fait des formes de l'action collective, et tout particulièrement des formes de la coordination, non seulement un enjeu d'analyse sociologique mais aussi une dimension du politique. Toutefois, ces deux approches divergent sur un aspect essentiel. En effet, les travaux sur la gouvernance diffèrent des travaux de sociologie de l'action organisée en ce qu'ils esquissent, même si c'est souvent de manière hésitante et incomplète, une théorie historique de l'État et une théorie des transformations des formes de la coordination, construction théorique à laquelle s'est toujours refusée la tradition française de sociologie des organisations. Cet article est donc aussi l'occasion d'avancer des propositions sur cette théorie implicite de l'État et de ses transformations que les chercheurs œuvrant au chantier de la gouvernance rechignent parfois à assumer. Cette théorie, que nous qualifions de « néo- pluraliste » et « pragmatique », donne à voir un État débordé et dé-différencié, mais qui n'en est pas faible pour autant.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais
This article defends the idea of a strong filiation between two research traditions: the sociology of the organizations and governance studies. Both traditions have deeply influenced the analysis of public policy, in particular in France. They share a common concern for the forms that takes collective action, and more specifically for the forms of coordination, considering that they are not only an issue for sociological analysis but are also a dimension of the political. Yet, these two traditions diverge on a crucial point. In fact, governance studies are distinct from the tradition of the sociology of organizations in that they provide, even if in a fuzzy and hesitating way, an implicit historical theory of the State and a theory of the transformations of the forms of coordination in policymaking, which is something the sociology of organizations has always refused to do. Thus, this article is also the occasion to formulate some propositions about that implicit theory of the State contained in the governance approach. This theory, that we call “neopluralist” and “pragmatic”, depicts a State that tends to be “bypassed” and “de-differentiated” but that is nevertheless far from being weak.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=ANSO_152_0483