Sign@l - ‪Algériennes : quelle citoyenneté ? (années 1930 – années 1960)‪

Contenu de l'article

Titre

‪Algériennes : quelle citoyenneté ? (années 1930 – années 1960)‪

Auteur Marc André
Mir@bel Revue Clio : Histoires, femmes et société
Numéro no 43, 2016/1 Citoyennetés
Rubrique/Thématique
Dossier
Page 94-116
Résumé Cet article porte sur les femmes algériennes qui, migrant à travers la méditerranée après 1947, migrent également à travers la citoyenneté : en une vie, elles ont été “indigènes”, Françaises musulmanes, Françaises à part entière (c'est-à-dire aussi dotées du droit de vote) durant quatre années (1958-1962), puis Algériennes et donc étrangères, toujours immigrées. Il examine ces parcours de femmes passées du statut de sujet colonial à celui d'autres statuts (citoyennes, étrangères, binationales). Pour cela, il repose sur une enquête orale menée dans la région lyonnaise et sur des archives préfectorales (dossiers de naturalisation notamment). Dans le flou des discours, il analyse comment les Algériennes contribuent à faire naître, empiriquement, une définition de la citoyenneté, laquelle les signale en retour comme d'éternelles immigrées.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais This article focuses on the Algerian women who, having migrated across the Mediterranean to France after 1947, also travelled through different forms of citizenship. In the course of their lives, they have been considered by turns “indigeneous subjects” ; Muslim Frenchwomen ; fully French – and thus entitled to vote – for the duration of the four year period before Algerian independence (1958-1962) ; then as Algerians and therefore foreigners – all the while being considered as immigrants. This study examines the itineraries of these women whose status was originally that of colonial subjects, through a range of other kinds of status (French citizens, foreigners, or holding double nationality). It is based on oral research conducted in the Lyon region and the administrative archives (including naturalization applications). It reveals how, through the confusion of different discourses, Algerian women have empirically contributed to a definition of citizenship which has in return consigned them to the status of being an eternal immigrant.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=CLIO1_043_0094